Parution: Les sociétés de chasseurs de rennes du Paléolithique récent en France

2023 Sociétés de chasseurs de rennes Cahiers MSHELes sociétés de chasseurs de rennes du Paléolithique récent en France
Économie, écologie et cycle annuel du nomadisme


Laure FONTANA

L’autrice analyse ici l’exploitation du renne en France lors de la dernière période froide du Paléolithique (30000-15000 cal BP). Elle identifie une économie des ressources animales fondée sur l’exploitation d’un renne non migrateur et une stratégie de chasse à faible risque, qui n’a pas varié durant 15 000 ans. Elle défend l’hypothèse de groupes humains moins mobiles que ce qui a été envisagé jusque-là, au moins dans le grand Sud-Ouest, en raison de la mobilité réduite des rennes et d’un environnement particulier. Elle propose également une reconstitution du cycle annuel de nomadisme des groupes du Massif central et discute de sa particularité.

En souscription jusqu'au 19 avril
Commander

Comprendre le geste créateur de J-L Lagarce, la thèse d’Alexis Leprince

2023 03 Geste createur Largarce these A LeprinceAlexis Leprince, doctorant labellisé par la MSHE, a soutenu une thèse en langue et littérature française le 10 décembre 2022, consacrée à l’auteur dramatique Jean-Luc Lagarce. Conduite sous la direction de Pascal Lécroart et Anne-Françoise Benhamou (1), sa recherche a notamment pris appui sur les archives personnelles de l’auteur, qui ont été numérisées à la MSHE de 2013 à 2016 pour rejoindre le Fonds d'Archive NUMérique de Franche-Comté (FANUM), un projet porté à la MSHE par Pascal Lécroart.

Entretien avec Alexis Leprince.

Votre thèse s’intitule Jean-Luc Lagarce entre scène et texte : genèse d’un auteur dramatique, qui était Jean-Luc Lagarce ?
Alexis Leprince : Jean-Luc Lagarce était un comédien, metteur en scène et auteur d’origine franc-comtoise. Il commence après le bac des études de philosophie, mais se forme en parallèle en tant qu’acteur au conservatoire de Besançon, et il se lance très vite dans l’aventure théâtrale, au début des années 1980. Il fonde avec quelques camarades du conservatoire – et notamment Mireille Herbstmeyer qui l’accompagnera durant toute sa carrière – la compagnie de théâtre La Roulotte, avec laquelle il met en scène dès le début les textes qu’il écrit. Lagarce est très rapidement repéré et il peut présenter ses spectacles dans les grandes salles de la région, en particulier au Théâtre du casino – aujourd’hui le CDN de Besançon. Ses textes sont aussi très vite remarqués : ils sont sélectionnés par Théâtre ouvert, institution qui œuvre à la découverte des nouvelles écritures dramatiques, et l’un de ses textes est retenu par le comité de lecture de la Comédie française en 1982, alors qu’il a seulement vingt-quatre ans ! C’est d’ailleurs pour son travail en tant qu’auteur dramatique qu’il est particulièrement célèbre aujourd’hui. Il est considéré comme l’un de celles et ceux, avec Gabily, Koltès, Renaude, et d’autres, qui ont redonné un souffle à l’écriture dramatique en France dans les années 1980-1990. Malheureusement, comme beaucoup d’auteurs de cette génération, il meurt prématurément du SIDA en 1995. Aujourd’hui, il est l’un des auteurs français contemporain le plus joué en France, sa pièce Juste la fin du monde est au programme du baccalauréat et du CAPES cette année, après avoir déjà été au programme de l’agrégation en 2012. Elle a également été adaptée au cinéma par Xavier Dolan, et le film a remporté le prix du jury au festival de Cannes en 2016.

Rémi Dorgnier en lice pour la finale régionale de Ma thèse en 180 s.

Rémi Dorgnier, doctorant labellisé par la MSHE, participera le 7 mars 2023 à la finale régionale du concours international Ma thèse en 180 secondes. Il sera en compétition avec 9 autres doctorants d’Université Bourgogne Franche-Comté, et présentera sa thèse en psychologie, « Soutenir l’apprentissage des enfants à l’école primaire : études expérimentales et création d’une application pédagogique », en 3 minutes chrono ! Deux prix seront décernés, l’un par un jury composé de personnalités du monde de la recherche, de la culture et des médias et l’autre par le public.

Pour assister à la finale et voter, rendez-vous à Dijon au théâtre de la Fontaine d’Ouche ou sur Facebook, le 7 mars à partir de 18h.

Suivre l’évènement Facebook d’UBFC

Plus d'infos

Lauréats du prix de thèse 2022

Prix these 2022 laureatsLa Fédération des Maisons des sciences de l’homme de Bourgogne et de Franche-Comté (associant la MSH de Dijon et la MSHE Ledoux) a lancé le 28 novembre 2022 la quatrième édition de son prix de thèse destiné à soutenir la publication des travaux de jeunes chercheurs dont la thèse promeut l’interdisciplinarité au sein des sciences humaines et sociales (SHS) ou entre les SHS et les autres domaines scientifiques. Trente-trois candidatures ont été examinées et classées par un jury composé des membres du Comité d’orientations scientifiques (COS) de la Fédération et des directeurs des trois écoles doctorales DGEP, LECLA, SEPT (1).

Au vu de la qualité des dossiers présentés, le jury, réuni le 1er février 2023, a attribué quatre prix de thèse à Claire Breniaux, Irène Le Roy Ladurie, Lucas Profillet et Nastasya Winckel. Chacun des lauréats recevra une gratification de 1000 €.

Les lauréats :

Lauréats de l'AAP TransLation 2023

AAP TransLation 23 laureatsLe 28 novembre 2022, la Fédération des Maisons des sciences de l’homme de Bourgogne et de Franche-Comté a lancé la deuxième édition de l’appel à projets « TransLation ». Treize dossiers ont été déposés et ont fait l’objet d’un examen par un jury composé des membres du Comité d’orientations scientifiques (COS) de la Fédération des MSH. Réuni le 1er février 2023, le comité a retenu six projets. Les projets lauréats bénéficieront d’un financement à hauteur de 2000 € chacun.

Les lauréats

ADDICTE - Analyse croisée de données textuelles sur la vie d’entreprises : modélisation lexico-sémantique et financière
Responsable scientifique : Kirsten Burkhardt-Bourgeois, maîtresse de conférences - HDR, Centre de Recherche en Gestion des Organisations (CREGO UR 7317 université de Bourgogne).
Mots clés : analyse textuelle, performance de l’entreprise, responsabilité sociale de l’entreprise, avis d’employés, sciences de gestion et de linguistique.

Résumé : Le projet vise, à partir d’une collaboration déjà ancienne avec des linguistiques de la faculté d’économie de l’université de la Suisse Italienne (Lugano), à mettre en place un réseau international de chercheurs, associant sciences de gestion et sciences du langage, pour travailler sur une analyse croisée de données textuelles sur les relations entre les salariés, leurs entreprises et la réputation de ces dernières. Pour ce faire, l’aide sollicitée ici visera, à partir d’un échantillon de données, à mettre en place un protocole d’analyse et à dégager les questions de recherche pouvant déboucher sur un projet de type ANR ou européen.

Le Nord Franche-Comté, un territoire en cours de revitalisation ? La thèse de Nastasya Winckel

Nastasya Winckel, doctorante à la MSHE rattachée au laboratoire RECITS (1), a soutenu une thèse en économie et aménagement du territoire le 12 décembre 2022, réalisée sous la direction de Nathalie Kroichvili, professeure d’économie. Sa recherche, qui s’inscrit dans le projet « ORTEP revitalisation » porté par la MSHE, analyse les plans d’action de revitalisation dans le Nord Franche-Comté, un territoire marqué par les restructurations industrielles depuis une vingtaine d’années. L’objectif est de proposer une approche renouvelée pour appréhender les actions mises en œuvre : comment le territoire parvient-il à rebondir face aux restructurations des grands donneurs d’ordre industriels locaux ? Ces actions sont-elles novatrices ? Engagent-elles des dynamiques de changement radical ? Pour ce faire, Nastasya Winckel a mis à l’épreuve un cadre théorique nouveau, fruit d’une collaboration entre les différentes disciplines impliquées (2) dans le projet « ORTEP Revitalisation ». Au cœur de ce cadre théorique : le concept de revitalisation territoriale.

Nastasya Winckel est lauréate du prix de thèse 2022 de la Fédération des MSH de Bourgogne et de Franche-Comté.

Présentation en vidéo de la démarche de recherche et des principaux résultats.

Peut-on faire deux choses en même temps ?

20230120 PrepFaire deux choses en même temps peut être difficile : en laboratoire, cette difficulté se manifeste par des temps de réaction (le délai entre un stimulus et une réponse) de plusieurs centaines de millisecondes. La compréhension de ces ralentissements cognitifs fait l’objet de recherches dans le cadre du projet « Prep - Automaticité en double tâche au long de la vie : la rapidité compte, mais la préparation prime » – projet en cours depuis janvier 2022 à la MSHE et financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) (1). Les doctorants du projet Prep dirigé par François Maquestiaux, professeur de psychologie cognitive, ont obtenu des premiers résultats inattendus : en faisant varier des paramètres de leurs expériences, ils sont parvenus à éliminer différents ralentissements cognitifs. Ces résultats questionnent des modèles cognitifs dominants selon lesquels il est impossible de réaliser les traitements cognitifs de deux tâches sans aucune interférence. Lucas Rotolo, doctorant, est chargé d’élucider certains de ces résultats.
Rencontre.


Nouvelle direction à la MSHE

Voeux 2023L’année 2023 sera marquée par plusieurs changements à la MSHE.

Boris Vannière devient directeur de la MSHE et Vincent Bourdeau directeur adjoint, à compter du 1er janvier. Boris Vannière, directeur de recherche CNRS rattaché au laboratoire Chrono-environnement et à l’Institute of Plant Sciences de l’Université de Berne, succède à Philippe Barral, qui a souhaité interrompre son mandat (1). Vincent Bourdeau, maitre de conférences en philosophie rattaché au laboratoire Logiques de l’Agir, succède à André Didierjean. La nouvelle direction s’est entourée de deux chargés de mission : Pascal Lécroart, professeur de langue et littérature françaises au laboratoire ELLIADD, est chargé des relations avec les unités de recherche fédérées pour l’année 2023 et Laure Nuninger, chargée de recherche CNRS au laboratoire Chrono-environnement, de l'interdisciplinarité, l'inter-institutionnalité, l'international et des indicateurs. Ensemble, avec les responsables des thèmes de recherche, les personnels de la MSHE et l’ensemble des chercheurs, ils mettront en œuvre le projet quinquennal 2024-2028 porté par Boris Vannière et Vincent Bourdeau auprès du HCERES en décembre dernier. Projet qui ambitionne notamment de renforcer la place des sciences de l’homme et de la société sur le territoire franc-comtois et au sein de la région Bourgogne Franche-Comté et de déployer une stratégie d’animation scientifique au plus près des unités de recherche fédérées, des étudiants et des citoyens.

Exposition virtuelle d’objets de la Seconde Guerre mondiale

20221212 Expo virtuelleLe 18 novembre 2022 était inaugurée l’exposition virtuelle « Objets sous contraintes. Histoires de multiples déplacements des années 1940 à aujourd’hui », fruit d’un partenariat entre le Centre Lucien Febvre et le musée de la Résistance et de la Déportation (MRDB) de Besançon, avec l’appui de la MSHE Ledoux. Initiée par Marie-Bénédicte Vincent dans le cadre de son action de recherche à la MSHE (1), l’exposition a entrelacé travail scientifique et pédagogique, « le rêve de tout enseignant-chercheur ! » a dit M. B. Vincent. En effet ce sont les étudiants d’histoire de l’université de Franche-Comté en 3e année de licence et en master recherche qui ont rédigé les notices de l’exposition, encadrés par la chercheuse ainsi que par Aurélie Cousin, chargée de collection au MRDB. Accueillis au musée par Vincent Briand son directeur et Aurélie Cousin, les étudiants ont choisi dans les collections les objets qu’ils souhaitaient documenter et présenter.

Soutenance d'Alexis Leprince «Jean-Luc Lagarce entre scène et texte : genèse d’un auteur dramatique»

Alexis Leprince soutient sa thèse en langue et littérature françaises le 10 décembre à 14h à l’École Normale Supérieure. Intitulée « Jean-Luc Lagarce entre scène et texte : genèse d’un auteur dramatique », sa recherche a été menée sous la direction de Pascal Lécroart (UBFC) et Anne-Françoise Benhamou (ENS) ; elle s'inscrit dans l'action « FANUM-FC, Fonds d'Archive NUMérique de Franche-Comté » portée par  à la MSHE.

Etude d’un biais cognitif dans le domaine judiciaire, la thèse d’Aglaé Navarre

20221206 soutenance Aglae navarreAglaé Navarre, doctorante à la MSHE rattachée au laboratoire de psychologie, a soutenu sa thèse en psychologie cognitive le 4 novembre 2022. Conduite sous la direction de André Didierjean en co-direction avec Cyril Thomas (1), la recherche d’Aglaé Navarre, intitulée « Étude de l'effet d'ancrage appliqué au domaine judiciaire », est consacrée à un biais cognitif – l’effet d’ancrage – dont les conséquences lorsqu’il s’agit de déterminer une sanction pénale sont loin d’être anodines.
Explication avec Aglaé Navarre.

Pouvez-vous expliquer ce qu’est un biais cognitif et à quoi correspond l’effet d’ancrage ?

Aglaé Navarre. Au quotidien, la plupart de nos décisions sont prises de manière rapide et automatique grâce à l’utilisation de raccourcis mentaux, qu’en psychologie on appelle « heuristiques », qui agissent un peu à la manière de réflexes mentaux. Ces raccourcis nous sont extrêmement utiles au quotidien, mais peuvent dans certains contextes nous conduire à des erreurs de jugement. Ce sont ces erreurs systématiques que l’on appelle « biais cognitifs ». Les recherches sur le sujet ont permis d’en recenser plusieurs centaines. Parmi eux, l’effet d’ancrage est sans doute l’un des plus célèbres, et c’est à ce phénomène que j’ai consacré ma thèse.