Objets sous contraintes


Histoires de multiples déplacements des années 1940 à aujourd’hui

Exposition virtuelle
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Depuis de nombreuses années, l’université de Franche-Comté et le Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon travaillent ensemble à l’écriture et à la transmission de l’histoire. Nous avons souhaité donner un nouveau souffle à ce travail commun, en proposant durant deux ans d’associer enseignants-chercheurs, professionnels et étudiants autour d’une même thématique originale, l’histoire transnationale de la Seconde Guerre mondiale, et d’une proposition, vivre ensemble l’expérience d’un travail entre histoire, conservation et valorisation des collections.
Dès l’origine du projet, il s’agissait donc non seulement de considérer les collections comme sources d’Histoire, mais de penser aussi à une forme de valorisation accessible au plus grand nombre. Le contexte de la pandémie et de la rénovation du musée nous a naturellement orientés vers la réalisation d’une exposition virtuelle. Après un tête-à-tête avec les collections, les étudiants se sont lancés dans la rédaction de notices, pour transmettre au lecteur tant le contexte historique que l’émotion que libère le contact avec les traces du passé. Une expérience individuelle et collective, un projet riche de sens ou la variété des formes d’écriture et des choix esthétiques a été respectée, afin que chacun se retrouve dans le projet commun.
Parcours d’hommes, voyages d’objets
La problématique historique retenue, celle de l’histoire transnationale, dessine un nouveau pont entre la recherche et les collections. On entend par ce terme une histoire qui ne s’écrit pas exclusivement à l’échelle nationale : elle prend en compte d’une part des circulations multiples d’individus, d’objets, d’idées par-delà les frontières nationales, et d’autre part choisit pour cadre d’analyse des espaces soit plus fins (échelle locale ou régionale) soit plus larges que l’espace national. Ces approches revêtent tout leur sens dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, moment où la France est divisée en plusieurs zones et où les circulations sont rendues difficiles voire  interdites par l’Occupant. Dans le cas de la Franche-Comté, située au sein de la zone occupée en « zone dite interdite », les Allemands fixent des contraintes spécifiques aux circulations entre 1940 et 1944.
Avec cette exposition, il s’agit de mettre en avant les déplacements physiques d’archives et d’objets, et à travers eux des individus, qui illustrent des situations complexes : de la France vers l’Allemagne, de l’Allemagne vers la France, de la France vers la Suisse, etc. Ces déplacements sont appréhendés à travers des petits objets qui permettent de retracer des itinéraires, tels ceux fabriqués clandestinement en prison ou ceux réalisés en déportation, en passant par exemple par les billets jetés des trains. Mais on pense aussi aux traces des retours des milliers d’individus sur le sol national à la Libération, ramenant avec eux quelques effets dont l’importance est parfois capitale dans les processus de reconstruction individuelle et mémoriels.
Après-guerre, objets et archives connaissent une autre vie, qui les éloigne bien souvent de leur valeur d’usage initiale. Un autre voyage les emmène du salon au grenier, du souvenir à l’oubli jusqu’à leur arrivée au musée qui les investit d’autres strates de sens. C’est un déplacement symbolique dans le régime de propriété mais aussi dans le statut de ces documents. Préservée dans l’intimité familiale, la mémoire individuelle devient ainsi patrimoine partagé.
Transmettre aujourd’hui / Transmitting today
Vincent Briand et Aurélie Cousin
Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon
Marie-Bénédicte Vincent
Université de Franche-Comté, Centre Lucien Febvre

Calendrier de l'exposition
L’exposition est en cours de finalisation et de consultation par les membres du Comité scientifique. Elle sera inaugurée le vendredi 18 novembre 2022 à la MSHE Ledoux.

Un projet collectif dirigé par :
Centre Lucien Febvre
Citadelle de Besançon
Vincent Briand et Aurélie Cousin (Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon)
Marie-Bénédicte Vincent (université de Franche-Comté, Centre Lucien Febvre)
En coopération avec les étudiants d’histoire de l’université de Franche-Comté
Traductions réalisées et coordonnées par Bénédicte Reyssat (université de Franche-Comté)
Conception web par Florence Bailly (MSHE C. N. Ledoux)
Photographies par Studio Bernardot et équipe du Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon (MRDB)
Comité scientifique sollicité : Noel Barbe (Institut interdisciplinaire d'anthropologue du contemporain, CNRS-EHESS-MC), Elisabeth Jolys-Shimells (Musée de l'histoire de l'immigration), Olivier Wieviorka (Institut universitaire de France, École normale supérieure Paris-Saclay), Thomas Weissbrich (Deutsches Historisches Museum Berlin)
Une exposition préparée en 2021-2022, soutenue par l’université de Franche-Comté et appelée s’enrichir dans les années à venir.
Remerciements : Yves Alba, Noël Barbe, Guy Barbier, Lucas Bernardino, Claude-Henri Bernardot, Maxime Boillon-Rémy, Nicolas Bouchez, Gérard et Jean-Pierre Bray, Cloé Chalumeaux, Christian Coezard, Sophie Combe, Chantal Cusenier, Marguerite Decreux, Alexia Delrieu, Eli Devichi, Paul Dietschy, Karine Dupoux-Binder, Anne Furigo, Clément Gambioli, Catherine Garnier, Annie Gaudillière, Monika Heße, Henri-François Ledoux, Patrick Mougel, Isabelle Mouret, Tristan Muret, Brigitte Pernet, Elisabeth Jolys-Shimells, Hélène Rousseau, Jean Voiret, Olivier Wieviorka, Thomas Weissbrich, Claude Zingg, les familles Bouveret, Oudot-Rodoz et Socié ainsi que toute l’équipe du Musée de la Résistance et de la Déportation.

Pour toute question, réaction, témoignage ou pour enrichir les collections du musée, vous pouvez contacter :
(Centre Lucien Febvre, UFC)
/ 03 81 87 83 12 (MRDB)