TEPFPEC - Télédétection pour l'Etude des Paysages Forestiers Passés et Contemporains

 
Responsable(s) : Laure Nuninger, Matthieu Thivet (laboratoire Chrono-environnement)    
   
Financeurs :  
Durée de l'action : 2015-2019  
   
 
L’action TEFPPEC, à la fois thématique et méthodologique, vise à améliorer notre connaissance de l’occupation du sol passé, en particulier sous couvert forestier, pour mieux comprendre la genèse de l’environnement actuel. Notre paysage résulte de la conjugaison d’actions naturelles et humaines généralement organisées par la pratique sociale. Leurs effets sont perceptibles, voire actifs sur la végétation actuelle, par exemple, à plus ou moins long terme : quelques années à plusieurs millénaires. TEPFPEC a pour objectif d’une part de détecter les traces de ces actions passés, d’autre part d’analyser les données observées dans une approche à la fois intégrative (plusieurs méthodes) et comparative (plusieurs zones d’étude) afin de décrire et de modéliser les interactions qui produisent les espaces où évolue notre société. Ce travail repose en grande partie sur le développement de nos capacités d’acquisition de données originales à très haute résolution car les traces d’aménagements, notamment agraires ou d’exploitations micro-économiques (extractions, charbonnage...) sont souvent indétectables aux échelles d’imagerie et de cartographie standards.

L’expérience de l’équipe, développée en particulier sur la zone atelier de la forêt de Chailluz (cf. bilan), a été repérée au niveau européen par l’originalité de sa démarche conceptuelle et méthodologique interdisciplinaire associant archéologie, histoire, géographie, sciences de la terre et sciences physiques. Elle se singularise par une approche à la fois patrimoniale et environnementale faite d’allers-retours entre télédétection, recherches de terrain et en archives et par sa capacité à impliquer les professionnels d’horizons variés (forestiers, conservateurs du patrimoine, collectivités territoriales). En outre, dans le cadre d’un rencontre internationale biennale TRAIL (la troisième édition en 2016 à Chambord), elle a initié une confrontation méthodologique et thématique qui permet désormais d’envisager une généralisation de la démarche pour développer une approche résolument comparative sur le plan géographique et transculturel. C’est dans ce cadre que nous avons été sollicités comme partenaire de programmes de recherche régionaux  (Solidar, obtenu) et européens (RemainAlps, Identity, déposés ou en cours de finalisation).

Les résultats attendus de cette action sont une validation dans des contextes nouveaux des protocoles développés, une amélioration de la chaîne opératoire acquisition-traitement optimisant le temps de collecte des données pour se concentrer sur l’élaboration de méthodes d’analyse intégrant des données variées souvent lacunaires (vestiges ou archives mal conservés). D’un point de vue thématique, il s’agit d’acquérir une connaissance de la dynamique de l’occupation du sol et des paysages dans la longue durée par une analyse comparative assurée car opérée en amont (avant la phase d’interprétation), afin de comprendre les processus d’emprise, de déprise ou de reconversion des espaces dans une perspective globale tout en tenant compte des interactions locales. Ces travaux seront valorisés auprès des professionnels sous la forme de guides de bonnes pratiques, de formations (CNRS formations entreprises) et par des partenariats institutionnels (ONF et Domaines forestier Nationaux, Ministère de la Culture, collectivités territoriale) et avec des petites entreprises privées, notamment dans le domaine de la télédétection UAV (L’Avion Jaune, Terranodrone). A plus long terme, notre objectif serait également de pouvoir travailler en partenariat avec des PME dans le domaine de l’exploitation forestière pour mieux prendre en compte les enjeux et les pratiques socio-économiques et leurs implications dans un démarche patrimoniale concertée.

L'action TEPFPEC est construite sur les travaux développés dans plusieurs actions antérieures portées par la MSHE : LEA ModeLTER, Lieppec, ODIT-CHEF, et plus récemment en partenariat avec l'UMR 7324 CITERES (CNRS/Univ. Tours), le Domaine National de Chambord, la DRAC Centre, l'ONF et l'IRSTEA : SoLidar.
 

Équipes de recherche concernées et partenaires :
Laboratoire Chrono-environnement, UFC
Institut d’Études Anthropologiques et Spatiale et Institut d'Archéologie (ZRC SAZU, Ljubljana, Slovénie)
Center for Advanced Spatial Technologies (Université d'Arkansas, Etats-Unis)
Roman-Germanic Commission (RGC) (German Archaeological Institute (DAI), Francfort, Allemagne)
University of Ljubljana, Biotechnical Faculty, Department for Forestry and Renewable Resources (Slovénie)
Ecole Polytechnique de Turin, DIATI – Department of Territory, Land and infrastructure Engineering (Italie)
Université de Padoue, TESAF – DEPARTMENT OF LAND, ENVIRONMENT, AGRICULTURE AND FORESTRY
Trinity College, Dublin, Irlande (porteur du projet européen Identity)
UMR 7324, Citeres, Université de Tours
USR 3516 MSH Dijon (via GeoBFC)
Centre IRSTEA de Grenoble (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture) – porteur du projet RemainAlps
DRAC Franche-Comté, Lorraine (Ministère de la Culture)
Office National des Forêts (ONF)
Ville de Besançon (Services des Espaces Verts et d'Archéologie Préventive)
Communauté d'Agglomérations du Pays de Montbéliard (CAPM)
Association de recherche et valorisation du patrimoine (ARESAC, AVALFORT)
L'Avion Jaune (PME, Montpellier)

La vie de l'action :
Séminaire « Que trouve-t-on sous la forêt du château de Chambord ? », 27 septembre 2017
(visualiser la présentation de Damien Vurpillot)


 

    Dernière mise à jour : 27/09/2017

CNRS filaire Nlogo universite F C noir site  UBFC N RnMSH N
twitterYoutubeFacebook
Annuaire
de la MSHE
Contact : - 03 81 66 51 51
© 2017 MSHE Ledoux. Tous droits réservés