LOPERAF - Le Dictionnaire de l'Opéra de Paris sous l'Ancien régime. L'Académie royale de musique de Paris (1671-1791)

 
Responsable(s) : France Marchal-Ninosque (laboratoire Édition, littératures, langages, informatique, arts, didactique, discours)   P4 A2LOPERAF
Télécharger la fiche de l'action  
Financeurs :
Université de Franche-Comté, BQR 2012-2013
MSHE Ledoux
Institut de recherche en musicologie (Iremuse)
Ministère de la culture
 
Durée de l'action : 2011-2019  
   
 Archive de l'Opéra de Paris, fonds AJ13
 
4 vol., Garnier classiques éditeur, publication prévue en 2018-2019
Direction éditoriale : Sylvie Bouissou, Pascal Denécheau, France Marchal-Ninosque

Jamais encore les cent vingt années qui constituent la vie institutionnelle, musicale, poétique et esthétique de l'Académie royale de musique (ARM) de Paris n'ont été étudiées dans leur continuum. Ce programme interdisciplinaire, mené depuis 2011, a pour objectif de recenser et d'analyser l'intégralité des productions de l'ARM (intra et extra muros), d'identifier les auteurs (compositeurs et dramaturges), et d'éclairer les modes de fonctionnement de l'Institution, notamment dans sa pratique des œuvres composites appelées « fragments ». L'élaboration du Dictionnaire est aussi l'occasion de constituer la liste exhaustive de tous ses membres (acteurs solistes, choristes, danseurs, musiciens, maîtres de ballet, décorateurs, machinistes, personnels administratifs, etc.) de sa création jusqu'à la Révolution.
Les quatre volumes, à paraître chez l'éditeur Classiques Garnier, présentent dans l'ordre alphabétique plus de 6 000 entrées. Chacune d'elles donne lieu à la rédaction d'un article allant de 500 à 12 000 signes établi selon des nomenclatures précises (voir maquette). Un collectif d'une soixantaine de spécialistes internationaux (musicologues, littéraires, historiens de l'art, historiens de la danse, historiens) est engagé dans la rédaction des articles pour plus de 11 millions de signes.

Le livret d’opéra français, création et analyse linguistique de corpus :
Responsable de la base de livret : Margareta Kastberg-Sjoblom
L’action LOPERAF propose de numériser et d’exploiter un important corpus, sur deux siècles et demi de création lyrique en France, en vue de produire des ressources numériques directement exploitables par la communauté des chercheurs. L’originalité de ce projet tient à la transversalité de la recherche projetée, encore rarement mise en œuvre dans le domaine des arts, en mettant en cohérence des domaines de recherche aussi variés que la textométrie, la poétique, la musicologie, les arts du spectacle.

Objectifs de l'action :
Quelques travaux récents, en littérature française, littérature comparée et musicologie, ceux de S. Cornic notamment ou de C. Kintzler, tendent à s’intéresser au patrimoine littéraire que constitue la tragédie en musique, dépassant les études copieuses qu’ont produites les historiens, historiens de l’art et historiens littéraires, qui ont surtout insisté sur la lutte entre musique française et opera seria italien, cristallisée autour des grandes figures que sont Lully, Rameau ou Gluck, et abordant enfin le genre selon les méthodologies propres à la poétique et à la linguistique. Le genre de la tragédie en musique, qu’un Lully voulut rivale de la tragédie classique, a alimenté cette opposition sur un plan esthétique et formel. Se situant dans la dynamique que suscite ce genre dans les études littéraires et musicologiques actuelles, un tel projet nourrit l’ambition d’associer aux disciplines traditionnellement attachées à l’étude de l’opéra français les disciplines des sciences du langage et des textes en exploitant plus précisément la linguistique systématique et les outils d’analyse textuelle, en vue de l’établissement de l’archivage numérique et l’exploitation pluridisciplinaire d’une base de données numériques de livrets de tragédies en musique.

Il s’agit de constituer un fonds numérisé des livrets qui autorisera la création, à côté d’une base de fac-similés, d’une base plein-texte, conforme aux standards XML-TEI (Text Encoding Initiative), permettant ainsi une exploitation transversale, hypertextuelle et multidimensionnelle. Ce corpus sera mis en ligne à la disposition de la communauté scientifique en partenariat notamment avec le programme du CNRS Chronopéra (IRPMF, UMR 200). La très riche collection de livrets et partitions de tragédies en musique conservées à la Bibliothèque d’Étude et de Conservation de Besançon alimentera de façon significative ce fonds. Une fois constitué, un tel fonds de livrets numérisés permettra, par une exploitation linguistique et des outils d’analyse textuelle, une exploitation systématique du genre ainsi que la publication d’éditions scientifiques. Le chantier de la saisie des livrets de tragédies lyriques créées à l’Académie royale de musique entre 1687 (Achille et Polyxène de Lully et Collasse) et 1732 (Jephté de Montéclair) est en partie achevé.

À terme, c’est l’archivage numérique et l’exploitation pluridisciplinaire d’une base comprenant l’ensemble des livrets d’opéra de la période post-lullyste qui sera conduite, avec d’autres corpus de livrets d’opéra français, jusqu’au XIXe siècle.
  Équipes de recherche concernées :
Édition, littératures, langages, informatique, arts, didactique, discours (ELLIADD), UFC
IReMUS
/CNRS/ministère de la culture/Bnf UMR 8223
Bibliothèque d’Étude et de Conservation de Besançon
Bibliothèque-musée de l'Opéra

La vie de l'action :

Journée d'étude, Paris, 8 octobre 2013
Programme et présentation de l'action


    Dernière mise à jour : 28/08/2017

CNRS filaire Nlogo universite F C noir site  UBFC N RnMSH N
twitterYoutubeFacebook
Annuaire
de la MSHE
Contact : - 03 81 66 51 51
© 2017 MSHE Ledoux. Tous droits réservés