FANA, une plateforme innovante dans les domaines des arts vivants et des archives audiovisuelles

actu20180213 FANALe Fonds d’Archives Numériques Audiovisuelles « FANA Danse & Arts vivants » est constitué de plusieurs fonds, chacun centré sur un artiste. Il est conçu et développé par Aurore Després et Sébastien Jacquot (1) au laboratoire ELLIADD et dans le cadre du pôle « Archive, bases, corpus » de la MSHE Ledoux. Édité dans une première version en 2014, le site vient d’être rénové pour devenir une véritable plateforme en ligne, enrichie de nouveaux outils de documentation et d’exploration. FANA Danse & Arts vivants (2) est également augmenté d’un nouveau fonds, qui retrace quarante années de création de l’artiste américain Mark Tompkins. Quatre fonds audiovisuels sont donc désormais accessibles, consacrés à des chorégraphes majeurs des XXe et XXIe siècles : Dominique Bagouet, Ingeborg Liptay, Olivia Grandville et Mark Tompkins. Ces archives, en évolution constante, représentent actuellement plus de 640 vidéos ou enregistrements sonores (soit 429 heures) (3) – spectacles, formations, documentaires, teasers… – 209 auteurs, 3 194 personnes impliquées et plus de 1 400 fiches détaillées. Car l’originalité de FANA est de proposer un accès à des archives audiovisuelles exhaustives et de les accompagner d’un ensemble d’outils permettant de les contextualiser et de faciliter leur analyse. FANA est ainsi une ressource exceptionnelle dans les champs des arts vivants et des archives audiovisuelles, intéressant aussi bien les chercheurs et étudiants que les professionnels de la danse et des arts (créateurs, formateurs, notateurs, critiques...), les enseignants pour leurs supports pédagogiques et tous les amateurs.
Aurore Després, Sébastien Jacquot et Anne Abeille, chargée des archives des Carnets Bagouet et documentaliste pour FANA, ont réalisé un important travail de structuration, d’indexation et de description des documents audiovisuels autant que de leurs contenus artistiques. Développant un modèle relationnel de données, ils ont associé aux archives vidéos et sonores de l’artiste une double documentation, décrivant d’une part, le support audiovisuel lui-même (type, qualité, lieu, réalisateurs, artistes présents à l’écran…) et d’autre part, les données artistiques (date, lieu, ensemble des artistes qui ont créé et joué le spectacle par exemple). Ces « fiches documents » et « fiches artistiques » sont reliées entre elles, le cas échéant une fiche pouvant être liée à plusieurs autres. Pour aborder les fonds ainsi constitués, les chercheurs proposent deux entrées : une première par « auteur » – entendu au sens large de réalisateur, chorégraphe, metteur en scène, directeur artistique… – et une seconde entrée par « œuvre de référence ». Cette dernière notion, abstraite et élaborée par Aurore Després, permet de plonger dans la multiplicité des interprétations et adaptations d’une création artistique et des documents audiovisuels auxquels elle a donné lieu. L’œuvre de référence So Schnell (1990) dans le fonds Dominique Bagouet par exemple donne à voir 55 documents audiovisuels et 30 fiches artistiques datées de 1990 à 2017, qui se référent directement ou indirectement à la chorégraphie So Schnell créée en 1990 par Dominique Bagouet. La plateforme FANA propose en outre des « outils avancés » facilitant l’exploitation des documents vidéos : différentes vitesses de défilement, un comparateur permettant de sélectionner et de visionner plusieurs vidéos simultanément… Autant d’outils qui offrent des possibilités d’analyse inédites, d’un geste pas à pas, d’une même séquence dans différentes reprises par exemple.
L’ensemble des choix éditoriaux et les outils associés construisent les documents rassemblés en archives pérennes et exploitables. Avec eux, FANA vise aussi à favoriser les recherches esthétiques, historiques, anthropologiques sur le geste, la performance, la danse et les arts vivants par l’usage des documents audiovisuels. Les personnes intéressées par la première version de FANA – chercheurs en arts, enseignants en danse, étudiants, artistes, producteurs, amateurs… – trouveront dans la nouvelle plateforme FANA Danse & Arts vivants des moyens supplémentaires pour s’introduire dans les fonds, les travailler et « créer » l’archive idoine à leur propre utilisation. Cet important travail de conception et de développement fait de FANA un projet novateur, dont – insiste Aurore Després – la réalisation et le maintien dans le temps ne sauraient être possibles sans la présence d’ingénieurs au sein du laboratoire ELLIADD.

(1) Aurore Després est maître de conférences en arts de la scène, laboratoire ELLIADD (Edition, langages, littératures, informatique, arts, didactiques, discours), UFC. Sébastien Jacquot est ingénieur développeur (ELLIADD) et responsable de l’unité fonctionnelle NuAnCES (Numérisation et Analyse de Corpus pour la rEcherche Scientifique) de la MSHE. Ils ont bénéficié de la collaboration de Anne Abeille, chargée des archives de l’association Les Carnets Bagouet.
(2) À l’occasion de cette nouvelle version, « FANA Danse contemporaine » est devenu « FANA Danse & Arts vivants » pour mieux rendre compte de la diversité des formes artistiques considérées, diversité qui se trouve renforcée avec le fonds M. Tompkins, chorégraphe, danseur, performeur, chanteur, metteur en scène, compositeur et pédagogue.
(3) Vingt vidéos par fonds sont en accès libre. Les autres le sont sur simple demande via un formulaire en ligne.

CNRS filaire N UFC 2L N UBFC N RnMSH N
twitterYoutubeFacebook
Annuaire
de la MSHE
Contact : - 03 81 66 51 51
© 2017 MSHE Ledoux. Tous droits réservés