Les habitants de Bourgogne-Franche-Comté face à la transition socioécologique, volet 1

20220517 OTSEL’Observatoire de la transition socioécologique (OTSE) (1) est maître d’œuvre de l’étude partenariale « Réussir ensemble la transition socioécologique en Bourgogne-Franche-Comté », financée par la Région. Conduite sous la responsabilité scientifique de Cyril Masselot (2) responsable de l’OTSE, l’étude a pour objectif d’analyser les comportements des habitants de la région dans le contexte de la transition socioécologique.
Comment se déplacent-ils ? Comment consomment-ils ? Adoptent-ils des pratiques écoresponsables ? Sont-ils prêts à s’engager plus avant dans des changements nécessaires ?

Le recueil des données a été réalisé de février à juin 2020 auprès des habitants de la région âgés de 15 ans et plus (3). L’échantillon, stabilisé à 1 011 personnes, est représentatif de la population régionale en termes de genre, classe d’âge, catégorie socioprofessionnelle et répartition départementale (4).

Cyril Masselot présente les résultats de l’étude en deux volets : un premier décrit les déclarations et les pratiques (ci-après) et un second dressera une typologie des citoyens au regard de leurs comportements et des motivations qui les président.

 

Analyser la revitalisation des territoires

20220414 ORTEP Revitalisation des territoiresNombre de petites villes qui, de l'époque moderne jusqu'au milieu du XXe siècle, constituaient les nœuds florissants d'un maillage territorial relativement continu et dense connaissent un essoufflement graduel, parfois relativement brutal, de leur territoire. Les atouts passés sont alors vécus comme une difficulté, dans la mesure où elles doivent faire face économiquement et écologiquement au poids d'un patrimoine industriel et historique important, parfois valorisé par exemple via la reconnaissance de l’UNESCO, mais assorti de contraintes difficilement supportables financièrement. Sur le plan écologique, l'industrialisation puis la désindustrialisation de la seconde moitié du XXe siècle ont également laissé un héritage coûteux, avec des pollutions, des paysages dégradés. A cela s’ajoute des inégalités croissantes, une paupérisation progressive tant socio-économique qu'intellectuelle avec la disparition de structures éducatives et culturelles… Les populations concernées sont donc d'autant plus vulnérables que leurs perspectives de développement se réduisent et que la fracture se creuse avec d’autres territoires dynamiques.

Apprendre la recherche par le son et l’image

20220405 LaSALe Laboratoire de sociologie et d’anthropologie (LaSA) est engagé dans une stratégie d’ouverture vers la cité, avec une volonté de diffuser les résultats de ses recherches à l’aide du son et de l’image. Les étudiants de master (1) sont associés à ce travail – un moyen pour eux d’apprendre la démarche de recherche. « Il s’agit de rendre accessible la recherche – explique Florent Schepens, professeur de sociologie responsable du master, – via d’autres médias que ceux que les chercheurs utilisent habituellement, comme les publications. On souhaite s’adresser à un public qui pourrait être intéressé par les SHS mais qui ne connait pas nos revues spécialisées ; et naturellement sans amoindrir la portée scientifique. La vulgarisation ne doit rien sacrifier aux exigences de la socio-anthropologie. » La MSHE apporte un soutien matériel et logiciel à cette initiative, notamment pour la prise de son, prise de vue photographique et vidéo, le montage.

Cartographier des enquêtes dialectologiques, l’exemple du franc-comtois

20220324 Parler franc comtois Moussa BodianI à nèdji tut lè nœ. Cette phrase qui signifie « il a neigé toute la nuit » est du franc-comtois, l’une des deux langues régionales de la Franche-Comté avec le franco-provençal. Bien que les locuteurs soient peu nombreux au regard de la population régionale, cette langue demeure bien implantée dans certaines localités, au sens où des personnes sont capables de la parler, construire un récit, raconter en franc-comtois. Marion Bendinelli, maîtresse de conférences en sciences du langage et responsable de l’action « Les parlers franc-comtois (PFC) » (1) à la MSHE, évoque deux types de locuteurs : ceux qui en font l’apprentissage aujourd’hui, souvent dans une volonté de revenir vers cette langue que parlaient leurs aïeux, et ceux qui, plongés dans le bain linguistique au sein de la famille ou du village, l’ont intégrée de manière passive. C’est auprès de ces derniers locuteurs qu’ont été menées des enquêtes dialectologiques (2) dans le cadre de l’action PFC. « On va à la rencontre des locuteurs – explique Marion Bendinelli – pour relever et recenser leurs connaissances et leur prononciation de la langue. »

Un espace de numérisation et de montage audiovisuel à la plateforme SHERPA

20220307 Espace audiovisuelLa plateforme technologique SHERPA, déjà dotée d’un plateau de numérisation 2D et 3D (1), développe ses capacités en matière de numérisation avec un espace dédié à l’audiovisuel. Ce dernier, mis en place grâce au soutien de la Région Bourgogne-Franche-Comté, permet en particulier la numérisation des supports audiovisuels analogiques, pour l’archivage et/ou la diffusion. Il permet la numérisation de vidéos VHS, mais aussi des vidéos professionnelles (Hi8, Dvcam, Betacam), la numérisation audio de cassettes ou bandes magnétiques.
Deux formats de numérisation sont prévus : un format destiné à un archivage pérenne (avec pour l’image le codec FFV1 et pour le son le codec FLAC), à partir duquel des copies plus légères, destinées à la consultation ou la diffusion en ligne par exemple, sont possibles au format Matroska (.mkv) – un format libre pouvant inclure de nombreuses métadonnées (déroulé descriptif, rapport de qualité, sous-titres…).
Les acquisitions sont réalisées à l’aide du logiciel Vrecord sous linux, un logiciel libre qui présente notamment l’avantage de numériser directement en FFV1. Il est développé par une communauté d’archivistes et porté par AMIA Open source (Association of Moving Image Archivists).

L’espace audiovisuel est complété par le logiciel de montage DaVinci Resolve.

Un accès facilité aux données produites par Bibracte

20220222 Bibracte ville ouverteLes archéologues spécialistes de l’âge du Fer européen peuvent se réjouir : le fonds documentaire du Centre archéologique européen de Bibracte (1) – nom antique de la capitale du peuple gaulois des Eduen – est désormais accessible en ligne et un thésaurus exposant le vocabulaire en usage à Bibracte commence à être déployé. C’est une étape importante de l’action « Bibracte ville ouverte » (BVO), portée par la MSHE sous la responsabilité de Philippe Barral (2), en partenariat avec Bibracte et le réseau Frantiq (3), grâce au soutien de l’infrastructure CollEx-Persée (4).
La bibliothèque du Centre de recherche de Bibracte, avec plus de 75000 références sur la Protohistoire européenne, fait autorité dans le domaine. Son catalogue n’était cependant pas accessible sur internet jusqu’à fin 2021. C’est à présent chose faite avec le versement au Catalogue collectif indexé (CCI) du réseau Frantiq, qui agrège de manière normalisée les catalogues d’une quarantaine de bibliothèques françaises spécialisées en archéologie et sciences de l’Antiquité. Avec 76676 notices, Bibracte devient le plus important contributeur du CCI.

Les lauréats de l’AAP TransLation 2022

20220126 Lauréats TransLation 2022Le 26 novembre 2021, la Fédération des Maisons des Sciences de l’Homme de Bourgogne et de Franche-Comté et les Pôles Thématiques SHS, LLC et DGEP (1) d’UBFC lançaient la première édition de l’appel à projets « TransLation ». Dix dossiers ont été déposés et ont fait l’objet d’un examen par un comité ad hoc composé de représentants des MSH et des Pôles thématiques du domaine SHS. Réuni le 24 janvier 2022, le jury a retenu sept projets. Parmi les lauréats, tous financés à hauteur de leur demande, quatre sont des projets « développement » dotés de 8 000 € à 10 000 €, et trois des projets « démarrage » dotés de 3 700 et 4 000 €.

Les lauréats :

Parution: Le libéralisme caméléon

20220113 Liberalisme cameleonLe libéralisme caméléon. Les libéraux sous le Second Empire (1848-1870)
Antoine Schwartz
Préface d'Éric Anceau
Les cahiers de la MSHE

Que signifie « libéral » ? La réponse est moins évidente qu’il n’y paraît. Le libéralisme se nourrit d’ambiguïtés, de paradoxes, et défie les étiquettes politiques. Entre histoire et sociologie, cet ouvrage étudie l’itinéraire politique et intellectuel des libéraux après la révolution de 1848. Dans la période d’effervescence des années 1860, des personnalités telles qu’Émile Ollivier, Anatole Prévost-Paradol ou Édouard Laboulaye s’emploient à faire exister un libéralisme qui rebattrait les cartes politiques. Dans le sillage de Tocqueville, ils imaginent les conditions d’un gouvernement libéral en démocratie, qui s’accommoderait de la monarchie comme de la république.
Un libéralisme nouveau se dessine.

Plus d'information
Commander la version papier
Version numérique sur OpenEdition books

Quatre lauréats du prix de thèse 2021

20220112 laureats prix these 2021La Fédération des MSH de Bourgogne et de Franche-Comté a lancé le 16 novembre 2021 la troisième édition de son prix de thèse destiné à soutenir la publication des travaux de jeunes chercheurs dont la thèse promeut l’interdisciplinarité au sein des sciences humaines et sociales (SHS) ou entre les SHS et les autres domaines scientifiques.

14 candidatures ont été examinées et classées par un jury composé des membres du Comité d’orientations scientifiques (COS) de la Fédération et des directeurs des trois écoles doctorales DGEP, LECLA, SEPT (1). Au vu de la qualité des dossiers présentés, le jury, réuni le 11 janvier 2022, a attribué quatre prix de thèse à Matthieu Bach, Valentin Chevassu, Willy Hugedet, Mathieu Lambotte. Chacun des lauréats recevra une gratification de 1000 €.




Les lauréats :

Enquête commune pour penser la pandémie

actu20211202 Retour Penser la pandemieAu printemps 2020 alors que la France est confinée, Arnaud Macé, professeur de philosophie, et Patrick Giraudoux, professeur émérite d’écologie, invitent plusieurs structures de recherche (1) à s’associer dans l’organisation d’un séminaire en ligne pour « penser la pandémie ». Au cours de 24 séances, entre mai 2020 et juillet 2021 (2), des chercheurs en sciences du vivant, sciences médicales, sciences humaines et sociales éclairent de leurs travaux la crise que connaît le monde. Chaque séance est enregistrée et toujours accessible sur YouTube et Canal u. En 2022, paraitra un ouvrage dans la collection « L'écologie au parlement des savoirs » des éditions Belin-Éducation, qui ne sera pas la simple compilation des communications.
Retour sur le séminaire avec Arnaud Macé et Patrick Giraudoux.

Pouvez-vous revenir sur la genèse du séminaire ?

Appel à projets TransLation 2022

actu20211126 AAP TransLationLa Fédération des MSH de Bourgogne et de Franche-Comté et les Pôles Thématiques SHS, LLC et DGEP (1) d’UBFC lancent la première édition d’un appel à projets « TransLation ».

Sous l’impulsion d’UBFC, la MSHE de Franche-Comté, la MSH de Dijon et les trois pôles thématiques SHS, LLC et DGEP ont lancé il y a quelques mois une réflexion visant la construction d’un axe transversal à dominante SHS, venant compléter les trois axes I-Site existants. Cette initiative a pour ambition de faire émerger un axe organisé autour de trois ou quatre grandes thématiques structurantes, transversales entre disciplines et identifiantes pour le site UBFC. Le choix a été fait de construire cet axe autour des mots-clés « transfert », « circulation », « transition ». L’axe est en cours de construction sur la base des propositions recueillies auprès de l’ensemble des laboratoires dans le cadre des Pôles thématiques et des deux MSH, et cet AAP vise à en préciser les contours. 
Par ailleurs, les crédits I-SITE alloués à chaque pôle thématique et structure fédérative offrent l’opportunité de lancer un appel à projets spécifique dédié au lancement de l’axe TransLation avec le double objectif, d’une part, de soutenir des actions de recherche, en démarrage ou en développement, propres à faire émerger une programmation scientifique ambitieuse, structurante et innovante, en prise avec des enjeux sociétaux importants, dans le périmètre de l’axe TransLation, et d’autre part, de mieux identifier des thèmes ou initiatives porteurs, donnant une identité à l’axe TransLation.

Prix de thèse 2021 de la Fédération des MSH de Bourgogne et Franche-Comté

Actu20211116 prix these 2021La Fédération des Maisons des sciences de l'homme de Bourgogne et de Franche-Comté, qui réunit la MSHE C. N. Ledoux et la MSH de Dijon, lance la 3e édition de son Prix de thèse. Celui-ci est destiné à soutenir la publication des travaux de jeunes chercheurs dont la thèse promeut l’interdisciplinarité au sein des sciences humaines et sociales (SHS) ou entre les SHS et les autres domaines scientifiques. Les valeurs telles que l’ouverture d’esprit, la dimension européenne de la réflexion, la rigueur intellectuelle, le caractère innovant de la recherche figurent également dans les critères d’attribution. 

Peuvent candidater les jeunes chercheurs qui ont soutenu leur doctorat à UBFC dans l’année N, l’année N-1, ou l'année N-2. Le jury de classement des candidats et d’attribution du Prix est composé des membres du Comité d’orientations scientifiques de la Fédération des MSH et des directeurs des trois écoles doctorales concernées, ou leurs représentants.


Retour sur la fête de la science 2021

Actu 2021 FDSAprès une année sans village des sciences pour cause de covid, les structures de recherche étaient à nouveau invitées à envahir le hall du bâtiment propédeutique sur le campus de la Bouloie du 7 au 10 octobre. La MSHE, présente les jeudi et vendredi pour le public scolaire et le week-end pour tous, a affiché la diversité de ses activités de recherche à travers des reproductions de l’exposition montée à l’occasion de ses 20 ans.

Près de 400 personnes sont venues jouer avec les images et les textes de l’exposition, comme une invitation à découvrir cette dernière visible sur les arches vitrées du bâtiment principal de la MSHE au cœur de Besançon.Fête de la science et exposition, deux voies pour partager avec le plus grand nombre les sujets, questionnements et avancées scientifiques en sciences humaines et de l’environnement.

Explorer les mécanismes neurocognitifs de l’action

actu20211011 REPRESACTTourner un robinet, installer une boule de noël ou se brosser les cheveux sont des gestes simples de la vie quotidienne. Ils mettent néanmoins en jeu des mécanismes neurocognitifs, que Mathieu Lesourd, maître de conférences en neuropsychologie et psychologie cognitive (1), explore dans ses recherches. L’action REPRESACT (2) qu’il développe à la MSHE s’intéresse notamment aux représentations mentales qui sont activées lors de l’utilisation d’objets familiers. Pour comprendre la nature des processus qui sous-tendent les deux composants de l’action, que sont la saisie et la manipulation, le chercheur a développé une expérience comportementale à l’aide des outils de l’unité ESCCo (3) (Expérimentations pour les Sciences du Comportement et de la Cognition). La tâche, contrôlée par ordinateur, consiste pour les sujets à déterminer si les deux objets qu’ils voient à l’écran se saisissent de la même manière ou non et se manipulent de la même manière ou non. Le dispositif enregistre le temps de réponse et son exactitude. L’objectif ? Mesurer si le sujet accède plus rapidement aux représentations de la saisie qu’à celle de la manipulation ou inversement. Autrement dit, évaluer si les représentations de la saisie et de la manipulation sont distinctes ou encore si une hiérarchie entre elles est observable.

Une série pour renouveler l’étude des normes foncières et agricoles

actu20210916 Serie Normes pratiques foncieres agricoles dans le mondeLa série « Normes et pratiques foncières et agricoles dans le monde » est la dernière-née de la collection des Cahiers de la MSHE. Elle est consacrée à l’édition d’ouvrages inédits sur les questions foncières, agricoles et environnementales. A l’occasion de la parution ces derniers mois de deux volumes sur les trois que compte la série à ce jour, Gérard Chouquer (1) son responsable, présente le projet qui préside aux publications.

Les ouvrages de la série abordent les questions du foncier en zones rurales sous l’angle des normes et des pratiques. Pourquoi ce choix ?
Gérard Chouquer : En effet, comme Marie-Claude Maurel (2) qui est associée au pilotage de la série, j'attache beaucoup d'importance à cette association entre les normes et les pratiques dans le foncier, mais aussi dans les questions agricoles. L'idée est de procéder de façon différente de ce qui se fait couramment. Aujourd'hui, devant les crises et les incertitudes, beaucoup, encouragés par l'hyper-relativisme, sont tentés de dire que les normes (le droit, la régulation, les formes agraires, par exemple) sont prises à défaut et qu'on peut donc s'en passer ou les minorer. D'où ces fuites vers d'autres objets et d'autres disciplines : on fait de l'anthropologie juridique pensant que cela remplace le droit ou la sociologie rurale ; de l'archéologie et de l'histoire environnementale pensant que cela remplace l'analyse géographique de morphologie agraire ; etc.
Je préfère une position plus articulée. Ne pas négliger l'étude des normes, en ce qu'elles coproduisent le réel foncier et agricole, mais les mettre en regard des pratiques, c'est-à-dire de ce que les sociétés en font.

Parution: Pensée de la foule, pensée de l'inconscient

actu20210826 parution Cahiers pensee foule
Pensée de la foule, pensée de l'inconscient. Généalogie de la psychologie des foules (1875-1895)

Elena Bovo

Avec sa Psychologie des foules (1895), Gustave Le Bon fut considéré comme l’inventeur d’une nouvelle science de la société. Pourtant, la généalogie conceptuelle montre que Le Bon, loin d’ouvrir, referme au contraire l’époque de la pensée de la foule, en la soumettant à sa pensée de la « race ». En effet, avant Le Bon, les théoriciens italiens avaient tenu ensemble, au prix de fortes tensions théoriques, un discours déterministe sur la foule et un discours en faveur de l’émancipation des classes dominées.
Il est dès lors impossible de réduire la psychologie des foules à une idéologie réactionnaire. Un autre regard s’ouvre sur cette science sociale aujourd’hui disparue.


Plus d'information
Commander

Un traceur pour la communication

actu20210719 TraceurLa plateforme SHERPA de la MSHE a fait l’acquisition d’un traceur à encre Latex sans solvant, grâce à un financement de la Région Bourgogne-Franche-Comté.
Le traceur HP Latex 335 vient compléter le traceur HP DesignJet Z6200, en permettant une impression sur une multitude de supports : bâche, micro-perforé, textile, vinyle, adhésifs... L’encre Latex ne reste pas en surface mais pénètre les supports. Doté d’un système de chauffe, assurant l’évaporation de l’eau, ce traceur rend l’impression insensible aux rayures (anti-scratch). La largeur du document peut aller jusqu’à 1,6 m.

Les laboratoires fédérés à la MSHE pourront recourir à ce nouveau traceur pour leurs actions de valorisation de la recherche, dans le milieu académique mais aussi à destination du grand public.
Contact :

Représentations et pratiques des liens humains: la transformation des mœurs vue par les concours académiques

actu20210705 POLIAMOUR« Je n’ai besoin, ni de prouver l’importance de mon sujet, ni d’en indiquer la division. Quand une question émane d’une société aussi savante on a rien à craindre des futilités : on peut sans hésiter se mettre au travail. » C’est ainsi qu’un compétiteur introduit la réflexion qu’il présente au concours de 1847 de l’Académie des sciences, belles lettres et arts de Besançon. Sa réponse fait partie d’un ensemble actuellement numérisé à la MSHE dans le cadre de la recherche « POLIAMOUR – Politiques de l’amour : théories et pratiques de l’attachement (XVIIIe-XIXe siècles) », portée par Sophie Audidière, maitresse de conférences en philosophie (1). L’action, à laquelle contribue une quinzaine de chercheurs en philosophie, histoire, sciences du langage, a pour objet les représentations et pratiques de l’attachement dans ses différentes formes : liens familiaux, amicaux, d’amour, de solidarité professionnelle ou communautaire… Il s’agit d’appréhender les transformations des mœurs, ce que les XVIIIe et XIXe siècles appelaient les « affections sociales », avec cette question centrale : la Révolution Française crée-t-elle une rupture ? Pour cela, les chercheurs prennent appui sur les concours de l’Académie de Besançon en comparant les réponses à des sujets voisins avant et après la Révolution Française.

Quand les usages liés aux propriétés expliquent le comté

actu20210616 Publication Fabien Gaveau entretienFabien Gaveau, chercheur associé au laboratoire ARTEHIS (1), est l’auteur de Propriété, cadastre et usages locaux dans les campagnes françaises (1789-1960), qui vient de paraître aux Presses universitaires de Franche-Comté, dans le cadre de l’action « Norme et pratiques foncières et agricoles dans le monde » portée par Gérard Chouquer à la MSHE Ledoux. Dans cet ouvrage, Fabien Gaveau aborde en historien le droit de la propriété foncière rurale, dont il retrace les fondements et évolutions de la Révolution française jusqu’aux années 60. Ce faisant, il montre les écarts entre norme et pratiques effectives dans les campagnes, écarts qui participent de la fabrique même du droit.
Rencontre avec le chercheur.

Vous faites l’histoire de la propriété foncière rurale de la Révolution aux années 60. Pourquoi avez-vous retenu cette période précisément ?
Fabien Gaveau : La longue période retenue est celle durant laquelle la propriété du sol a bénéficié d’une force remarquable en France. La Révolution correspond à un bouleversement social, économique et culturel considérable. Ce qui fondait la France d’avant 1789 a été balayé et remplacé par l’affirmation de la liberté et de l’égalité de chacun face au droit. Autrement dit, la situation d’avant 1789, qui reposait sur l’idée qu’aucune terre n’était sans seigneur, est effacée. Chacun peut être pleinement propriétaire du sol. Mieux, c’est d’après la qualité de propriétaire, et selon le niveau de la contribution foncière payée par un propriétaire que la participation aux élections est définie, jusqu’en 1848.

Page 1 sur 13