La ruse de guerre par le prisme du discours

actu20210415 Publication RUSEPenser et dire la ruse de guerre de l'Antiquité à la Renaissance vient de paraitre aux Presses universitaires de Franche-Comté sous la direction de Michel Pretalli (1) dans le cadre de l’action de recherche « Ruse » qu’il développe à la MSHE depuis trois ans. L’ouvrage fait suite à un colloque pluridisciplinaire éponyme qui s’est tenu en 2018 consacré à la ruse militaire analysée à travers les discours.
Rencontre avec Michel Pretalli.

Vous êtes responsable d’une action de recherche dont l’objet est la ruse. Comment s’est construit votre intérêt de chercheur pour la ruse ?
De façon assez naturelle, en fait : mon objet de recherche principal est la littérature militaire du XVIe siècle et l’on y rencontre de très nombreux stratagèmes, qui sont souvent ceux hérités d’auteurs grecs ou romains, tels que Frontin ou Polyen. La Renaissance, comme on le sait, est fondée sur une réappropriation de la culture antique, mais ce qui est peut-être un peu moins connu, c’est que le phénomène n’a pas concerné que les arts et les lettres, et la guerre fait justement partie des disciplines qui furent renouvelés – en partie – sous l’influence des modèles anciens. J’ai donc commencé à m’intéresser de plus près à la ruse et, au fil de mes lectures, il m’est très vite apparu qu’elle représentait un sujet absolument captivant et bien plus vaste que je ne l’avais pensé dans un premier temps, lorsque je la considérais uniquement par la lorgnette militaire.

 

Agronomie et fruitières au XIXe siècle

actu20210324 parution agronomie et techniques laitieres hysamFabien Knittel, chercheur en histoire contemporaine au Centre Lucien Febvre, vient de publier Agronomie et techniques laitières. Le cas des fruitières de l'Arc jurassien (1790-1914) aux éditions Classiques Garnier. Cet ouvrage, qui s’inscrit dans l’action « Hysam » (1) développée dans le pôle 3 de la MSHE, retrace le fonctionnement original des fruitières franc-comtoises et suisses, leurs transformations durant « un long XIXe siècle » et l’émergence de l’agronomie comme discipline scientifique.
Rencontre avec Fabien Knittel
 
Le XIXe siècle voit se transformer les fruitières, la place et le rôle du fruitier. Comment cela se passe-t-il ?
Fabien Knittel : Concernant les fruitières franc-comtoises et suisses il est indéniable que le XIXe siècle est marqué par une réelle dynamique, à la fois technique et économique. Les fruitières sont des « associations de prêt mutuel du lait » qui permettent aux paysans associés de fabriquer du fromage pour la vente. Il faut savoir que les fruitières correspondent à une organisation originale de la production fromagère fondée sur un modèle coopératif. Ces fruitières jurassiennes suscitent l’intérêt de certains membres de l’école sociétaire – disciples de Fourier que l’on appelle souvent « socialistes utopiques », expression qu’ils réfutent d’ailleurs – comme Max Buchon ou Wladimir Gagneur. Elles intéressent aussi certains agronomes − l’agronome genevois Charles Lullin par exemple − qui y voient des manières de faire, des techniques de fabrication et des pratiques agricoles et d’élevage qui les questionnent, qu’ils décrivent minutieusement et qu’ils cherchent aussi, parfois, à améliorer.

Et pourtant elles étaient là

actu20210316 Et pourtant elles etaient laEt pourtant elles étaient là est le titre d’un documentaire réalisé sous la houlette de Marta Alvarez (1) par un collectif d’étudiants (2) de l’UFR SLHS et de cinéastes (Carolina Astudillo Muñoz, Jairo Boisier et Lucien Petitjean). La MSHE Ledoux, qui a prêté du matériel pour filmer et enregistrer, en est partenaire (3). Et pourtant elles étaient là interroge la mémoire des groupes Medvedkine et la place des femmes dans ce cinéma militant et dans la société des années 1960-1970. Son origine est à rechercher dans des collaborations antérieures entre Marta Alvarez et Carolina Astudillo mais aussi dans un constat : « bien qu’ils soient un référent pour les cinéphiles, les groupes Medvedkine ne sont pas connus de nos étudiantes et nos étudiants » note Marta Alvarez. Pour partir sur leur trace, le collectif rencontre trois femmes qui ont participé aux groupes : Dominique Bourgon, Suzanne Zedet et Annette Paléo. A travers elles, il s’agit de « mieux connaitre l’aventure Medvedkine et les expériences des femmes de cette époque » dit la voix off sur des images d’archive.

Retour sur le colloque «Pif Gadget et compagnie: approches pluridisciplinaires»

actu20210302 retour colloque Pif compagnieLe colloque « Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires » s’est déroulé les 4 et 5 février 2021 en distanciel (1). Il s’inscrit dans un projet de recherche, porté par Sébastien Laffage-Cosnier et Christian Vivier du laboratoire C3S (2), lauréat de l’appel à projets 2020 « transmission, travail, pouvoirs » de la Fédération des MSH de Bourgogne et de Franche-Comté.
Les succès des ouvrages de Richard Medioni et de Christophe Quillien (3) relatifs à l’histoire de Pif Gadget témoignent de l’intérêt porté par un lectorat nostalgique de ce magazine. Pour autant, cette publication jeunesse et son inscription dans la mémoire collective a suscité peu de travaux au sein de l’université, jusqu'à une période récente. Un précédent programme de recherche intitulé « PIFERAI - Pif, dans tous ses états : recherches, archives, interdisciplinarité » orchestré par Henri Garric et Jean Vigreux (4) en 2018, également soutenu par la Fédération des MSH, a comblé un manque certain sur les origines et la genèse de Pif Gadget. Le présent colloque souhaitait questionner les décennies suivantes. La longévité de Pif Gadget et son lien avec le PCF interrogent évidemment quant à la bolchévisation éventuelle des jeunes d’une génération très hétéroclite. Cependant, cette « politisation ouvrière » et communiste via Pif Gadget est-elle aussi durable et puissante qu’on pourrait le penser ? Résiste-t-elle à l’uniformisation des imaginaires par la culture de masse ? Telles étaient les questions qui avaient été posées à la douzaine de chercheur.e.s ayant répondu à l’appel à communication. Afin d’aider les chercheur.e.s participant au projet dans leurs investigations, Sébastien Laffage-Cosnier et Christian Vivier avaient mis à leur disposition, dès le mois de mai 2020, la collection de Pif Gadget quasi-complète et numérisée, à savoir plus de 1000 numéros de 1969 à 1993 ainsi que les 50 numéros de 2004 à 2008.

Nouveau tachéomètre robotisé à la plateforme technologique SHERPA

actu20210223 tacheo robotiseLa plateforme technologique SHERPA (1) de la MSHE a fait l’acquisition d’un nouveau tachéomètre robotisé, grâce à un financement de la Région Bourgogne-Franche-Comté. Le tachéomètre Zoom90 A10 5'' de la société GeoMax permet les relevés topographiques d’une grande précision (+/- 2,5mm à 100 m) par une seule personne. Il est compatible avec les GPS Trimble Geo7X et la station de base GNSS RTK Septentrio, dont est déjà dotée SHERPA.
Cet ensemble d’équipements permet l'acquisition de points parfaitement géoréférencés et corrigés, directement sur le terrain. Il est utile à tout type de relevés, y compris sur terrain de grande surface, en archéologie, géographie, étude de l’environnement…

Le tachéomètre est empruntable sous certaines conditions. Une formation préalable est en particulier indispensable (prendre contact avec la plateforme SHERPA).

La propriété de la terre après le collectivisme

actu20210209 entretien MC MaurelMarie-Claude Maurel, géographe et directrice d’études à l’EHESS, publie Terre et propriété à l’est de l’Europe depuis 1990. Faisceau de droits, relations de pouvoir aux PUFC dans la collection des Cahiers de la MSHE (1). Dans cet ouvrage, l’auteure analyse, d’un point de vue à la fois historique, juridique, économique et politique, la transformation des régimes de propriété foncière dans l’Europe de l’Est après la chute des systèmes communistes.
Rencontre avec Marie-Claude Maurel.

Au tournant des années 1990, l’Europe de l’Est se tourne vers l’économie de marché et rétablit la propriété privée. Que se passe-t-il alors pour la propriété foncière et les structures agraires ?
Marie-Claude Maurel : Pour les campagnes, c’est un nouveau tournant dans une histoire marquée par les réformes agraires de la première moitié du XXe siècle, puis la collectivisation de l’agriculture dans les années 1950. Le passage à l’économie de marché et le rétablissement de la propriété privée impliquent le démantèlement du modèle collectiviste fondé sur l’appropriation collective de la terre et des moyens de production, et leur gestion administrée dans le cadre de très grandes exploitations agricoles, fermes d’État et coopératives de production. Engagé sous la forme d’un mouvement de privatisation de la terre, le démontage du modèle collectiviste ouvre un temps de transformation des régimes de propriété foncière et de recomposition des formes d’exploitation de la terre, étendu sur trois décennies.

Valentin Chevassu, nouveau docteur à la MSHE

actu20210128 Soutenance Valentin ChevassuValentin Chevassu, doctorant à la MSHE Ledoux rattaché au laboratoire Chrono-environnement, a soutenu sa thèse en archéologie le 7 janvier 2021. Conduite sous la direction d’Émilie Gauthier et de Pierre Nouvel (1) la recherche s’intitule « Peuplement, paysages et pouvoirs médiévaux en contexte de moyenne montagne : les cas du sud Morvan et du Jura central ».
Rencontre avec Valentin Chevassu.

On imagine souvent que les zones de montagne sont récemment peuplées. Dans votre thèse, vous montrez que ce n’est pas le cas des massifs du Morvan et du Jura.
Valentin Chevassu : Ce travail de thèse part en effet d’une opposition entre les travaux historiques anciens, qui mettent en valeur des structures de peuplement d’origine essentiellement médiévale et moderne, et les acquisitions récentes des archéologues et des paléoenvironnementalistes, qui, elles, soulignent une fréquentation humaine ancienne, dès la Préhistoire. Il est certain que les deux massifs du Movan et du Jura sont fréquentés de longue date et ne constituent pas réellement des « déserts forestiers » colonisés durant la période médiévale, même si c’est à partir de cette époque que la présence humaine nous apparaît plus nettement en altitude, sans doute parce qu’elle se renforce mais aussi grâce aux améliorations de la documentation écrite.
De manière générale, l’idée qui domine dans de nombreux ouvrages comme chez le grand public est souvent une vision de montagnes peu fertiles et dotées d’un climat hostile, ce qui en ferait des zones repoussantes pour les sociétés anciennes. Ma thèse permet à l’inverse de souligner les ressources des massifs étudiés, notamment l’importance des ressources forestières, pastorales, minières ou autres, qui selon les périodes attirent des populations et peuvent acquérir une grande valeur économique.

Lauréats du prix de thèse 2020

actu20210113 laureats AAC prix these 2020La Fédération des MSH de Bourgogne et de Franche-Comté a lancé le 22 octobre 2020 la seconde édition d’un prix de thèse destiné à soutenir la publication des travaux de jeunes chercheurs dont la thèse promeut l’interdisciplinarité au sein des sciences humaines et sociales (SHS) ou entre les SHS et les autres domaines scientifiques. 29 dossiers de candidature ont été soumis et classés par un jury composé des membres du Comité d’orientations scientifiques (COS) de la Fédération et des directeurs des trois écoles doctorales DGEP, LECLA, SEPT (1). Le COS, réuni le 12 janvier 2021, a attribué le prix de thèse à Pierre Deffontaines et Inès Pactat. Ils bénéficient chacun d'une gratification de 1 000 € maximum.

Les lauréat.e.s :

Lauréats de l'AAP «Transmission, travail, pouvoirs» 2021

Actu20210113 Laureats AAPTTP2021La Fédération des Maisons des sciences de l’homme de Bourgogne et de Franche-Comté a lancé le 22 octobre 2020 son sixième appel à projets dans le cadre de l’axe thématique commun « Transmission, travail, pouvoirs » (TTP). Les cinq projets déposés ont fait l’objet d’une évaluation par le Comité d’orientations scientifiques (COS) de la Fédération et par des experts des deux MSH. Le COS de la Fédération, réuni le 12 janvier 2021, a doté chaque projet de crédits « starter » d’un montant de 2 000 €.

Les projets lauréats 2021 :

Parution: Terre et propriété à l'est de l'Europe depuis 1990

actu20210104 parution Cahiers terre proprieteTerre et propriété à l'est de l'Europe depuis 1990 - Faisceau de droits, relation de pouvoir
Marie-Claude Maurel
Les cahiers de la MSHE

L’ouvrage retrace les conditions de restauration de la propriété privée de la terre, avant d’analyser la recomposition des relations de propriété et des modes d’exploitation de la terre, au lendemain de la chute des systèmes communistes. La concentration des structures agricoles est portée par une vive compétition sociale pour recouvrer, capter, puis rassembler le « faisceau de droits » de propriété sur la terre ainsi que sur le capital d’exploitation. Saisie dans ses multiples dimensions historique, juridique, économique et politique, la mutation des régimes de propriété accompagne une reconfiguration des relations de pouvoir qui témoigne de l’émergence d’un nouveau capitalisme agraire.

Plus d'information
Commander

Histoire du commerce et de la distribution

Actu20201119 revolutions commerceLes révolutions du commerce. France, XVIIIe-XXIe siècle vient de paraître aux Presses universitaires de Franche-Comté dans la collection des Cahiers de la MSHE, sous la direction de Jean-Claude Daumas, professeur émérite d’histoire économique et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Jean-Claude Daumas a dirigé depuis 2015 le programme de recherche « Métamorphoses du commerce et régimes de consommation (France, XVIIIe-XXIe siècle) » dans le pôle 3 « Nomes, pratiques et savoirs » de la MSHE, qui a réuni les principaux spécialistes français de l’histoire du commerce.
Rencontre avec Jean-Claude Daumas.

Quelles sont les grandes innovations qui ont marqué l’histoire du commerce ?
Jean-Claude Dumas : L’histoire du commerce est marquée par d’innombrables innovations mais rares sont celles qui ont bouleversé le paysage commercial. Seuls les grands magasins sous le Second Empire et les grandes surfaces durant les Trente Glorieuses ont marqué des étapes décisives dans le processus de modernisation du commerce. Si, dans les deux cas, on peut parler de révolution commerciale, c’est parce que, en abaissant les prix, ces nouveaux formats commerciaux ont permis d’élargir la consommation à de nouvelles clientèles. Les grands magasins ont transformé en marchandises tout l’art de vivre bourgeois en étendant progressivement leur clientèle des classes supérieures aux classes moyennes. Quant aux grandes surfaces, elles ont constitué le volet social du fordisme en vendant en masse ce que l’on produisait en masse.

SHERPA se dote d’un nouveau drone

actu20201105 drone DJI matrice 600 1La plateforme technologique SHERPA de la MSHE a fait l’acquisition, grâce à un financement de la Région Bourgogne-Franche-Comté, d’un nouveau drone muni de la technologie LiDAR. Le DJI Matrice 600 Pro vient enrichir les équipements d’acquisition aéroportée dont SHERPA est déjà dotée. Il est destiné à remplacer le drone OnyStar dans la catégorie des matériels à forte capacité d’emport.
Le DJI Matrice Pro dispose d’une autonomie accrue en vol, d’un système de navigation plus sophistiqué et de contrôleurs de vol redondants, garantissant une fiabilité et une précision plus importantes. La durée de chargement des batteries étant réduite, il permettra un gain de temps lors des acquisitions sur le terrain.

La plateforme SHERPA a fait embarquer sur ce nouveau drone, le POD LiDAR Lynx 16 développé par la société Helicéo. Le LiDAR (Light Detection and Ranging) est une technologie de télédétection par laser qui permet de générer des modèles altimétriques du sol (appelés Modèles Numériques de Terrain). Le Lynx 16 peut capter jusqu’à 600 000 points par seconde, offrant des modèles très complets et très précis.

Prix de thèse 2020 de la Fédération des MSH de Bourgogne et Franche-Comté

actu20201022 AAC prix these 2020La Fédération des Maisons des sciences de l'homme de Bourgogne et de Franche-Comté, qui réunit la MSHE C. N. Ledoux et la MSH de Dijon, a pour ambition la mise en place d’actions de coopération scientifique portant sur des thématiques partagées par les deux MSH. Dans cette perspective, elle a décidé en 2019 d’instituer un prix de thèse, reconduit en 2020.
Le prix de thèse est destiné à soutenir la publication des travaux de jeunes chercheurs dont la thèse promeut l’interdisciplinarité au sein des sciences humaines et sociales (SHS) ou entre les SHS et les autres domaines scientifiques. Les valeurs telles que l’ouverture d’esprit, la dimension européenne de la réflexion, la rigueur intellectuelle, le caractère innovant de la recherche figurent également dans les critères d’attribution.

L’appel à candidature est ouvert du 22 octobre au 23 novembre 2020. Peuvent candidater les jeunes chercheurs qui ont soutenu leur doctorat à UBFC dans l’année N, l’année N-1, ou l'année N-2 de la publication de l’appel à candidature. La recherche qui fait l’objet de la thèse doit concerner principalement une discipline d’une des trois écoles doctorales DGEP, LECLA, SEPT.

Appel à projets «Transmission, travail, pouvoirs» 2021

Actu20201022 AAPTTP2021La Fédération des Maisons des sciences de l'homme de Bourgogne et de Franche-Comté, qui réunit la MSHE C. N. Ledoux et la MSH de Dijon, a lancé le 22 octobre 2020 son sixième appel à projets (AAP) « Transmission, travail, pouvoirs » (TTP). Ces trois termes constituent un axe thématique commun et structurant développé au sein de la Fédération des MSH et recouvrent des champs de recherche ayant une forte dimension sociétale, déjà présents dans les programmations scientifiques des deux MSH et des laboratoires qui leur sont associés.

L'appel à projets a pour objectifs :
- de favoriser l’émergence de nouveaux projets de recherche pour alimenter cet axe commun,
- de préparer les équipes à de futurs appels à projets (régionaux, ComUE, ISITE, nationaux, européens).

Parution: Les révolutions du commerce. France, XVIIIe-XXIe siècle

Actu20201019 Cahiers MSHE Les révolutions du commerceLes révolutions du commerce. France, XVIIIe-XXIe siècle.
Jean-Claude Daumas (dir.), n°41 – Les Cahiers de la MSHE

Depuis la fin du XVIIIsiècle, il y a toujours eu des commerçants pour expérimenter de nouvelles manières de répondre à la demande des consommateurs. C’est cette histoire que ce livre retrace pour la France, du magasin de nouveautés jusqu’au e-commerce en passant par le grand magasin et l’hypermarché. L’analyse s’intéresse autant aux innovations de détail qu’aux révolutions commerciales en démêlant les interactions entre les transformations du commerce et les évolutions de la consommation. Cette approche met en perspective la crise actuelle de la distribution qui se concentre dans les difficultés de l’hypermarché et s’interroge sur la capacité des distributeurs à le réinventer.

Plus d'information
Pré-commander

Eclairage sur la «guerre du jazz»

Actu202011014 Guerre jazz Hodeir PanassieA la mort du musicien, compositeur et critique musical André Hodeir, survenue en 2011, un important fonds d’archives privé est retrouvé, comprenant partitions, manuscrits, bandes sonores, correspondances… Avec l’accord de la veuve d’André Hodeir, Pierre Fargeton, maître de conférences en musicologie, qui a consacré sa thèse au musicien (1), a décidé d’exploiter et de valoriser ce fonds. Avec l’appui de la MSHE Ledoux, un premier ensemble documentaire est numérisé et rendu exploitable pour la recherche : il s’agit des lettres du critique de jazz Hugues Panassié à André Hodeir, écrites entre 1940 et 1948.
Les travaux menés par Pierre Fargeton dans le cadre du pôle 4 « Archive, bases, corpus » de la MSHE ont conduit à la parution récente d’une édition critique des lettres de Hugues Panassié dans la collection « Jazz en France » des éditions Outre Mesure, sous le titre Mi-figue, mi-raisin. Hugues Panassié - André Hodeir, correspondance de deux frères ennemis (1940-1948) suivi de Exégèse d’un théologien du jazz. La pensée d’Hugues Panassié en son temps.

Rencontre avec Pierre Fargeton.

Les Cahiers de la MSHE sur OpenEdition Books

Actu20200921 OpenEdition Cahiers MSHELa collection Les Cahiers de la MSHE Ledoux éditée aux Presses universitaires de Franche-Comté est désormais présente sur la plateforme de livres en sciences humaines et sociales OpenEdition Books. Cette dernière rassemble plus de 10 000 ouvrages, proposés en différents formats électroniques (pdf, epub, HTML, mode lecture) et diffusés suivant différents modes d’accès, allant de l’open access à la vente (1) en passant par le libre accès de certains formats uniquement (Open Access Freemium).

Actuellement, les huit derniers ouvrages de la collection sont disponibles sur la plateforme. Leur version HTML, permettant une lecture en ligne, est librement autorisée après un embargo de deux ans. Les parutions à venir rejoindront le catalogue d’OpenEdition Books. En revanche, la rétroconversion de l’ensemble de la collection nécessiterait un travail trop important pour la mise en ligne des quarante titres déjà parus.

Inès Pactat, nouvelle docteure à la MSHE

Actu20200910 soutenance these Ines PactatLe 3 septembre 2020, Inès Pactat a soutenu sa thèse en archéologie et archéométrie intitulée « L’activité verrière en France du VIIIe au XIe siècle. Résilience et mutations d’une production artisanale » (1). La recherche, qui a bénéficié d’un financement de la Région Franche-Comté de 2012 à 2015, a été conduite sous la direction de François Favory puis de Philippe Barral et la co-direction de Danièle Foy. Elle s’inscrit dans l’action « ArchaeDyn » au sein du pôle 1 « Dynamiques territoriales » de la MSHE.
Inès Pactat s’est intéressée aux mutations qu’a connu l’artisanat du verre au haut Moyen Âge. Le verre – premier matériau de synthèse inventé par l’homme – était depuis l’Antiquité produit dans des ateliers primaires au Proche-Orient et exporté sous forme de lingots en Occident où il était refondu et travaillé par des artisans verriers. À l’époque médiévale, cette chaîne de production se transforme et finit par être entièrement exécutée dans les ateliers occidentaux. Ce changement impacte la composition du verre : le natron utilisé au Proche-Orient disparaît progressivement pour laisser place à d’autres composants. « Au Moyen Âge, se met en place un nouveau système de production, situé entièrement en Occident, – explique Inès Pactat – dans lequel les artisans utilisent des ressources locales et mettent au point de nouvelles recettes de fabrication. C’est ainsi que les cendres de plantes deviennent un composant essentiel du verre médiéval. » Si cette mutation technologique avait été constatée par les archéologues, elle était en revanche très peu documentée. « On ne savait pas comment elle s’était opérée. Je me suis attachée à comprendre les conditions de cette mutation et ses influences sur la production du verre et l’artisanat verrier. » - poursuit la jeune chercheuse.

Etudier le verre médiéval

Actu20200721 Le VerreLe verre du VIIIe au XVIe siècle en Europe occidentale vient de paraître aux Presses universitaires de Franche-Comté dans la collection des Cahiers de la MSHE sous la direction d’Inès Pactat et de Claudine Munier. Il s’agit des actes du 8e colloque international de l’Association française pour l’archéologie du verre (AFAV), qui s’est tenu à Besançon en décembre 2016 (1). Le colloque avait réuni des spécialistes de verre médiéval - archéologues, historiens, archéomètres, mais aussi verriers et restaurateurs-conservateurs – venus de dix pays.
Rencontre avec Inès Pactat, doctorante à la MSHE en archéologie et ingénieure en archéométrie à l’Iramat-Centre Ernest-Babelon à Orléans (2), et Claudine Munier, archéologue au service commun d’archéologie préventive de la Ville de Besançon et présidente de l’AFAV.

Quel intérêt spécifique représente le verre pour la connaissance des sociétés médiévales ?

La MSHE lauréate de l’appel à projets du réseau des MSH

Actu20200701 AAP RnMSHLe projet HYSAM porté la MSHE Ledoux et présenté par Fabien Knittel ainsi que le projet VECCAR dont la MSHE est partenaire et auquel contribue Yuji Kato figurent parmi les dix-neuf lauréats de l’appel à projets lancé en octobre 2019 par le Réseau national des Maisons des sciences de l’homme (RnMSH). L’AAP blanc inter-MSH 2019-2020 a pour objectif de développer la réflexion et la production de connaissances pluri et interdisciplinaires en soutenant des projets émergents ou qui visent un changement d’échelle. Pour être retenues, les propositions devaient impliquer au moins deux MSH.

HYSAM - Hygiénisme, santé alimentaire et études médicales (XIXe-XXIe siècles)
Responsable : Fabien Knittel, maître de conférences HDR au Centre Lucien Febvre, UFC
Projet porté par la MSHE Ledoux en partenariat avec la MSH de Dijon

Page 1 sur 12

twitterYoutubeFacebook
Annuaire
de la MSHE
Contact : - 03 81 66 51 51
© 2021 MSHE Ledoux. Tous droits réservés