Lauréats du prix de thèse 2020

actu20210113 laureats AAC prix these 2020La Fédération des MSH de Bourgogne et de Franche-Comté a lancé le 22 octobre 2020 la seconde édition d’un prix de thèse destiné à soutenir la publication des travaux de jeunes chercheurs dont la thèse promeut l’interdisciplinarité au sein des sciences humaines et sociales (SHS) ou entre les SHS et les autres domaines scientifiques. 29 dossiers de candidature ont été soumis et classés par un jury composé des membres du Comité d’orientations scientifiques (COS) de la Fédération et des directeurs des trois écoles doctorales DGEP, LECLA, SEPT (1). Le COS, réuni le 12 janvier 2021, a attribué le prix de thèse à Pierre Deffontaines et Inès Pactat. Ils bénéficient chacun d'une gratification de 1 000 € maximum.

Les lauréat.e.s :

 

Lauréats de l'AAP «Transmission, travail, pouvoirs» 2021

Actu20210113 Laureats AAPTTP2021La Fédération des Maisons des sciences de l’homme de Bourgogne et de Franche-Comté a lancé le 22 octobre 2020 son sixième appel à projets dans le cadre de l’axe thématique commun « Transmission, travail, pouvoirs » (TTP). Les cinq projets déposés ont fait l’objet d’une évaluation par le Comité d’orientations scientifiques (COS) de la Fédération et par des experts des deux MSH. Le COS de la Fédération, réuni le 12 janvier 2021, a doté chaque projet de crédits « starter » d’un montant de 2 000 €.

Les projets lauréats 2021 :

Souscription: Terre et propriété à l'est de l'Europe depuis 1990

actu20210104 parution Cahiers terre proprieteTerre et propriété à l'est de l'Europe depuis 1990
Faisceau de droits, relation de pouvoir

Marie-Claude Maurel
Les cahiers de la MSHE


L’ouvrage retrace les conditions de restauration de la propriété privée de la terre, avant d’analyser la recomposition des relations de propriété et des modes d’exploitation de la terre, au lendemain de la chute des systèmes communistes. La concentration des structures agricoles est portée par une vive compétition sociale pour recouvrer, capter, puis rassembler le « faisceau de droits » de propriété sur la terre ainsi que sur le capital d’exploitation. Saisie dans ses multiples dimensions historique, juridique, économique et politique, la mutation des régimes de propriété accompagne une reconfiguration des relations de pouvoir qui témoigne de l’émergence d’un nouveau capitalisme agraire.


En souscription jusqu'au 10 février 2021
Plus d'information
Pré-commander

Histoire du commerce et de la distribution

Actu20201119 revolutions commerceLes révolutions du commerce. France, XVIIIe-XXIe siècle vient de paraître aux Presses universitaires de Franche-Comté dans la collection des Cahiers de la MSHE, sous la direction de Jean-Claude Daumas, professeur émérite d’histoire économique et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Jean-Claude Daumas a dirigé depuis 2015 le programme de recherche « Métamorphoses du commerce et régimes de consommation (France, XVIIIe-XXIe siècle) » dans le pôle 3 « Nomes, pratiques et savoirs » de la MSHE, qui a réuni les principaux spécialistes français de l’histoire du commerce.
Rencontre avec Jean-Claude Daumas.

Quelles sont les grandes innovations qui ont marqué l’histoire du commerce ?
Jean-Claude Dumas : L’histoire du commerce est marquée par d’innombrables innovations mais rares sont celles qui ont bouleversé le paysage commercial. Seuls les grands magasins sous le Second Empire et les grandes surfaces durant les Trente Glorieuses ont marqué des étapes décisives dans le processus de modernisation du commerce. Si, dans les deux cas, on peut parler de révolution commerciale, c’est parce que, en abaissant les prix, ces nouveaux formats commerciaux ont permis d’élargir la consommation à de nouvelles clientèles. Les grands magasins ont transformé en marchandises tout l’art de vivre bourgeois en étendant progressivement leur clientèle des classes supérieures aux classes moyennes. Quant aux grandes surfaces, elles ont constitué le volet social du fordisme en vendant en masse ce que l’on produisait en masse.

SHERPA se dote d’un nouveau drone

actu20201105 drone DJI matrice 600 1La plateforme technologique SHERPA de la MSHE a fait l’acquisition, grâce à un financement de la Région Bourgogne-Franche-Comté, d’un nouveau drone muni de la technologie LiDAR. Le DJI Matrice 600 Pro vient enrichir les équipements d’acquisition aéroportée dont SHERPA est déjà dotée. Il est destiné à remplacer le drone OnyStar dans la catégorie des matériels à forte capacité d’emport.
Le DJI Matrice Pro dispose d’une autonomie accrue en vol, d’un système de navigation plus sophistiqué et de contrôleurs de vol redondants, garantissant une fiabilité et une précision plus importantes. La durée de chargement des batteries étant réduite, il permettra un gain de temps lors des acquisitions sur le terrain.

La plateforme SHERPA a fait embarquer sur ce nouveau drone, le POD LiDAR Lynx 16 développé par la société Helicéo. Le LiDAR (Light Detection and Ranging) est une technologie de télédétection par laser qui permet de générer des modèles altimétriques du sol (appelés Modèles Numériques de Terrain). Le Lynx 16 peut capter jusqu’à 600 000 points par seconde, offrant des modèles très complets et très précis.

Prix de thèse 2020 de la Fédération des MSH de Bourgogne et Franche-Comté

actu20201022 AAC prix these 2020La Fédération des Maisons des sciences de l'homme de Bourgogne et de Franche-Comté, qui réunit la MSHE C. N. Ledoux et la MSH de Dijon, a pour ambition la mise en place d’actions de coopération scientifique portant sur des thématiques partagées par les deux MSH. Dans cette perspective, elle a décidé en 2019 d’instituer un prix de thèse, reconduit en 2020.
Le prix de thèse est destiné à soutenir la publication des travaux de jeunes chercheurs dont la thèse promeut l’interdisciplinarité au sein des sciences humaines et sociales (SHS) ou entre les SHS et les autres domaines scientifiques. Les valeurs telles que l’ouverture d’esprit, la dimension européenne de la réflexion, la rigueur intellectuelle, le caractère innovant de la recherche figurent également dans les critères d’attribution.

L’appel à candidature est ouvert du 22 octobre au 23 novembre 2020. Peuvent candidater les jeunes chercheurs qui ont soutenu leur doctorat à UBFC dans l’année N, l’année N-1, ou l'année N-2 de la publication de l’appel à candidature. La recherche qui fait l’objet de la thèse doit concerner principalement une discipline d’une des trois écoles doctorales DGEP, LECLA, SEPT.

Appel à projets «Transmission, travail, pouvoirs» 2021

Actu20201022 AAPTTP2021La Fédération des Maisons des sciences de l'homme de Bourgogne et de Franche-Comté, qui réunit la MSHE C. N. Ledoux et la MSH de Dijon, a lancé le 22 octobre 2020 son sixième appel à projets (AAP) « Transmission, travail, pouvoirs » (TTP). Ces trois termes constituent un axe thématique commun et structurant développé au sein de la Fédération des MSH et recouvrent des champs de recherche ayant une forte dimension sociétale, déjà présents dans les programmations scientifiques des deux MSH et des laboratoires qui leur sont associés.

L'appel à projets a pour objectifs :
- de favoriser l’émergence de nouveaux projets de recherche pour alimenter cet axe commun,
- de préparer les équipes à de futurs appels à projets (régionaux, ComUE, ISITE, nationaux, européens).

Parution: Les révolutions du commerce. France, XVIIIe-XXIe siècle

Actu20201019 Cahiers MSHE Les révolutions du commerceLes révolutions du commerce. France, XVIIIe-XXIe siècle.
Jean-Claude Daumas (dir.), n°41 – Les Cahiers de la MSHE

Depuis la fin du XVIIIsiècle, il y a toujours eu des commerçants pour expérimenter de nouvelles manières de répondre à la demande des consommateurs. C’est cette histoire que ce livre retrace pour la France, du magasin de nouveautés jusqu’au e-commerce en passant par le grand magasin et l’hypermarché. L’analyse s’intéresse autant aux innovations de détail qu’aux révolutions commerciales en démêlant les interactions entre les transformations du commerce et les évolutions de la consommation. Cette approche met en perspective la crise actuelle de la distribution qui se concentre dans les difficultés de l’hypermarché et s’interroge sur la capacité des distributeurs à le réinventer.

Plus d'information
Pré-commander

Eclairage sur la «guerre du jazz»

Actu202011014 Guerre jazz Hodeir PanassieA la mort du musicien, compositeur et critique musical André Hodeir, survenue en 2011, un important fonds d’archives privé est retrouvé, comprenant partitions, manuscrits, bandes sonores, correspondances… Avec l’accord de la veuve d’André Hodeir, Pierre Fargeton, maître de conférences en musicologie, qui a consacré sa thèse au musicien (1), a décidé d’exploiter et de valoriser ce fonds. Avec l’appui de la MSHE Ledoux, un premier ensemble documentaire est numérisé et rendu exploitable pour la recherche : il s’agit des lettres du critique de jazz Hugues Panassié à André Hodeir, écrites entre 1940 et 1948.
Les travaux menés par Pierre Fargeton dans le cadre du pôle 4 « Archive, bases, corpus » de la MSHE ont conduit à la parution récente d’une édition critique des lettres de Hugues Panassié dans la collection « Jazz en France » des éditions Outre Mesure, sous le titre Mi-figue, mi-raisin. Hugues Panassié - André Hodeir, correspondance de deux frères ennemis (1940-1948) suivi de Exégèse d’un théologien du jazz. La pensée d’Hugues Panassié en son temps.

Rencontre avec Pierre Fargeton.

Les Cahiers de la MSHE sur OpenEdition Books

Actu20200921 OpenEdition Cahiers MSHELa collection Les Cahiers de la MSHE Ledoux éditée aux Presses universitaires de Franche-Comté est désormais présente sur la plateforme de livres en sciences humaines et sociales OpenEdition Books. Cette dernière rassemble plus de 10 000 ouvrages, proposés en différents formats électroniques (pdf, epub, HTML, mode lecture) et diffusés suivant différents modes d’accès, allant de l’open access à la vente (1) en passant par le libre accès de certains formats uniquement (Open Access Freemium).

Actuellement, les huit derniers ouvrages de la collection sont disponibles sur la plateforme. Leur version HTML, permettant une lecture en ligne, est librement autorisée après un embargo de deux ans. Les parutions à venir rejoindront le catalogue d’OpenEdition Books. En revanche, la rétroconversion de l’ensemble de la collection nécessiterait un travail trop important pour la mise en ligne des quarante titres déjà parus.

Inès Pactat, nouvelle docteure à la MSHE

Actu20200910 soutenance these Ines PactatLe 3 septembre 2020, Inès Pactat a soutenu sa thèse en archéologie et archéométrie intitulée « L’activité verrière en France du VIIIe au XIe siècle. Résilience et mutations d’une production artisanale » (1). La recherche, qui a bénéficié d’un financement de la Région Franche-Comté de 2012 à 2015, a été conduite sous la direction de François Favory puis de Philippe Barral et la co-direction de Danièle Foy. Elle s’inscrit dans l’action « ArchaeDyn » au sein du pôle 1 « Dynamiques territoriales » de la MSHE.
Inès Pactat s’est intéressée aux mutations qu’a connu l’artisanat du verre au haut Moyen Âge. Le verre – premier matériau de synthèse inventé par l’homme – était depuis l’Antiquité produit dans des ateliers primaires au Proche-Orient et exporté sous forme de lingots en Occident où il était refondu et travaillé par des artisans verriers. À l’époque médiévale, cette chaîne de production se transforme et finit par être entièrement exécutée dans les ateliers occidentaux. Ce changement impacte la composition du verre : le natron utilisé au Proche-Orient disparaît progressivement pour laisser place à d’autres composants. « Au Moyen Âge, se met en place un nouveau système de production, situé entièrement en Occident, – explique Inès Pactat – dans lequel les artisans utilisent des ressources locales et mettent au point de nouvelles recettes de fabrication. C’est ainsi que les cendres de plantes deviennent un composant essentiel du verre médiéval. » Si cette mutation technologique avait été constatée par les archéologues, elle était en revanche très peu documentée. « On ne savait pas comment elle s’était opérée. Je me suis attachée à comprendre les conditions de cette mutation et ses influences sur la production du verre et l’artisanat verrier. » - poursuit la jeune chercheuse.

Etudier le verre médiéval

Actu20200721 Le VerreLe verre du VIIIe au XVIe siècle en Europe occidentale vient de paraître aux Presses universitaires de Franche-Comté dans la collection des Cahiers de la MSHE sous la direction d’Inès Pactat et de Claudine Munier. Il s’agit des actes du 8e colloque international de l’Association française pour l’archéologie du verre (AFAV), qui s’est tenu à Besançon en décembre 2016 (1). Le colloque avait réuni des spécialistes de verre médiéval - archéologues, historiens, archéomètres, mais aussi verriers et restaurateurs-conservateurs – venus de dix pays.
Rencontre avec Inès Pactat, doctorante à la MSHE en archéologie et ingénieure en archéométrie à l’Iramat-Centre Ernest-Babelon à Orléans (2), et Claudine Munier, archéologue au service commun d’archéologie préventive de la Ville de Besançon et présidente de l’AFAV.

Quel intérêt spécifique représente le verre pour la connaissance des sociétés médiévales ?

La MSHE lauréate de l’appel à projets du réseau des MSH

Actu20200701 AAP RnMSHLe projet HYSAM porté la MSHE Ledoux et présenté par Fabien Knittel ainsi que le projet VECCAR dont la MSHE est partenaire et auquel contribue Yuji Kato figurent parmi les dix-neuf lauréats de l’appel à projets lancé en octobre 2019 par le Réseau national des Maisons des sciences de l’homme (RnMSH). L’AAP blanc inter-MSH 2019-2020 a pour objectif de développer la réflexion et la production de connaissances pluri et interdisciplinaires en soutenant des projets émergents ou qui visent un changement d’échelle. Pour être retenues, les propositions devaient impliquer au moins deux MSH.

HYSAM - Hygiénisme, santé alimentaire et études médicales (XIXe-XXIe siècles)
Responsable : Fabien Knittel, maître de conférences HDR au Centre Lucien Febvre, UFC
Projet porté par la MSHE Ledoux en partenariat avec la MSH de Dijon

COVID-19: évaluer le stress des professionnels de réanimation

actu 20200624 PsyCOVIDLa pandémie de Covid-19 soumet les soignants, notamment en service de réanimation, à des conditions de travail exceptionnelles. Face à l’afflux inédit de patients, aux moyens humains, thérapeutiques et matériels en tension, au risque de contamination… les équipes soignantes ont été exposées à un stress encore plus aigu et répétitif qu’à l’accoutumée.
Une étude interdisciplinaire vise à identifier l’impact psychologique de la crise sur les professionnels des services de réanimation. PsyCOVID est conduite par Alexandra Laurent, professeure de psychologie clinique (1), Jean-Pierre Quenot, chef de service de médecine intensive au CHU de Dijon et Christine Binquet, directrice du Centre d’investigation clinique de Dijon. Elle prend notamment appui sur les travaux menés depuis 2012 sous la responsabilité d’Alexandra Laurent à la MSHE Ledoux concernant l’évaluation des facteurs de stress dans les services de réanimation.
La chercheuse pilote en effet la recherche PS-ICU (2) associant plusieurs équipes de recherche en Espagne, Italie, Australie et au Canada. Partant du constat que les services de réanimation sont, de par leur activité, sources de stress et que ce dernier peut se répercuter sur la qualité et la sécurité des soins, l’équipe PS-ICU a élaboré la première échelle internationale de stress perçu spécifique aux services de réanimation.

Parution: Le verre du VIIIe au XVIe siècle en Europe occidentale

actu 20200608 VerreLe verre du VIIIe au XVIe siècle en Europe occidentale
Inès Pactat et Claudine Munier (dir.), n°40 – Les Cahiers de la MSHE

Le 8e colloque international de l’AFAV, tenu à Besançon en décembre 2016, a regroupé un grand nombre de spécialistes du verre médiéval. Présentées dans ces actes, les communications renouvellent, grâce à une approche interdisciplinaire, les études menées sur un matériau qui a intéressé les archéologues, les historiens, les archéomètres, les verriers et les restaurateurs-conservateurs. Elles proposent une synthèse de nos connaissances sur le verre des VIIIe-XVIe siècles au Portugal, en Italie, Slovénie et dans les Balkans, et plus ponctuellement dans des régions suisses, allemandes et françaises, sans omettre les échanges avec le Nouveau Monde (Canada) pour la fin de la période considérée.


«Bibracte ville ouverte» lauréat de l’appel à projets CollEx-Persée

actu20200529 Bibracte villle ouverte aapCollex PerseeLe projet « Bibracte ville ouverte », déposé par la MSHE Ledoux en partenariat avec Bibracte, le réseau Frantiq (1) et la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM) (2), a été retenu par l’infrastructure de recherche en information scientifique et technique CollEX-Persée dans son appel à projets (AAP) 2019-2020. Cet AAP a pour objectif de soutenir des projets collaboratifs de numérisation et de développement de services documentaires à la recherche. « Bibracte ville ouverte », porté par Véronique Humbert, documentaliste et directrice du GDS Frantiq et Philippe Barral, archéologue et directeur de la MSHE, répond à cet objectif en contribuant à partager, rendre accessibles et interopérables les archives, les données archéologiques et le fonds documentaire de Bibracte, site emblématique de la fin de l’âge du Fer.
Les premières fouilles du site au mont Beuvray dans le Morvan datent de la seconde moitié du XIXe siècle. Devenu Centre archéologique européen, réunissant un centre de recherche, un musée et un site, dans les années 80, Bibracte (3) est depuis l’objet de fouilles constantes menées par des équipes de chercheurs venues de toute l’Europe. Il en résulte une documentation abondante qui révèle non seulement les connaissances archéologiques acquises mais aussi l’histoire de l’archéologie : carnets de fouille, plans, dessins, jeux de données, études des collections d’objets et nombre de publications scientifiques. Bibracte dispose d’une bibliothèque sur la Protohistoire d’environ 70 000 références faisant autorité en Europe.

Les encyclopédismes en France à l'ère des révolutions

Les Encyclopédismes en France à l’ère des révolutions (1789-1850) vient de paraître aux Presses universitaires de Franche-Comté dans la collection des Cahiers de la MSHE (Archives de l'imaginaire social) sous la direction de Vincent Bourdeau, Jean-Luc Chappey et Julien Vincent (1). L’ouvrage s’inscrit dans l’action de recherche « Encyclopédisme et politique à l'ère des révolutions » poursuivie par une enquête sur l'Encyclopédie Nouvelle de Reynaud et Leroux menée conjointement par Aurélien Aramini et Vincent Bourdeau au sein du pôle 3 « Normes, pratiques, savoirs » de la MSHE.

Vincent Bourdeau présente ces travaux.

Réussir ensemble la transition socioécologique en Bourgogne-Franche-Comté

actu20200513 OTSELa transition socioécologique implique nombre de changements individuels et collectifs. Y sommes-nous prêts ? Sommes-nous prêts à modifier nos modes de vie et d’activité ? Quelles actions et politiques publiques sont nécessaires ? C’est l’objet de l’étude actuellement menée en Bourgogne-Franche-Comté sous la conduite scientifique de Cyril Masselot, responsable de l’Observatoire de la transition socioécologique (OTSE) (1) - étude financée par la Région Bourgogne-Franche-Comté.
L’OTSE a été officiellement lancé à la MSHE Ledoux le 21 septembre 2017 (2). Son objectif est de produire un diagnostic de résilience des territoires et d’évaluer les capacités, notamment, des populations à s’adapter aux mutations environnementales, économiques, culturelles, sociales. Il se veut en outre un outil d’accompagnement des changements et d’aide à la décision pour les territoires, qu’il s’agisse de la région, des communautés d’agglomération ou des communes. À la fois observateur et acteur de la transition, l’OTSE œuvre en prenant appui sur des enquêtes de terrain, des cartes thématiques et des ateliers.

Penser la pandémie

actu20200505 Penser la pandemiePlusieurs structures de recherche en Bourgogne-Franche-Comté (1) s’associent dans l’organisation d’un séminaire interdisciplinaire par visioconférence pour penser la pandémie actuelle. La captation vidéo de chaque séance sera ensuite disponible sur une chaîne dédiée sur Youtube ou Canal U.
La pandémie qui s’est répandue sur la planète en 2020 est un phénomène total, qu’aucune des sciences et des disciplines ne peut penser seule. Ses dimensions multiples sollicitent tous les savoirs, du contexte écologique de propagation du virus à l’épidémiologie des populations humaines et à la recherche de traitements, des défis organisationnels et sanitaires soulevés par la propagation à la mesure des effets sociaux et psychiques de ses conséquences, notamment celles du confinement des populations, jusqu’aux enjeux politiques, écologiques, économiques, informationnels, éthiques qui attendent ce nouveau monde, celui qui devra vivre avec le virus au moins pendant un temps, puis avec ses successeurs, dans un contexte de changements globaux en cours et à venir. Les virus se jouent des barrières disciplinaires entre sciences de la nature et sciences humaines et sociales. Chacun réinscrit l’ensemble de nos sociétés au sein du système socioécologique à travers lequel il circule. Le nouveau monde qu’il contribue à produire exigera une intégration plus forte des savoirs et leur capacité à construire des questions communes et des réponses adaptées capables d’allier les enjeux médicaux, écologiques, politiques, éthiques.
Ce séminaire sera un espace où sera appréhendée la diversité des dimensions de la crise actuelle en partageant questions, approches et outils des différentes disciplines.
Les séances se dérouleront sous la forme d’une intervention de 45 minutes et 45 minutes de discussion, à partir de 17h. Toute personne intéressée pour suivre le séminaire en direct et poser des questions doit s'inscrire auprès d’Arnaud Macé ou Patrick Giraudoux.

Programme :

Une base de données internationales sur les paléo-feux hébergée à la MSHE

actu20200428 paleofireLes incendies de végétation font partie intégrante de la dynamique naturelle des écosystèmes terrestres. Depuis des millénaires le feu contribue à façonner les environnements. Les groupes humains l’utilisent depuis la Préhistoire par exemple pour défricher des espaces ou entretenir des pâtures. Étudier l’histoire du feu permet de documenter ses impacts sur les écosystèmes. Et c’est à cet objectif que concourt la base de données Global Paleofire Database qui est désormais hébergée à la MSHE Ledoux, après plusieurs années chez un prestataire privé.
La Global Paleofire Database contient environ un millier d'archives temporelles de l'histoire des feux, qui représentent autant de sites d'études répartis à la surface du globe terrestre. Ces séries chronologiques sont construites à partir d'indicateurs sédimentaires (par exemple des charbons de bois microscopiques) des feux passés et documentent les 100 mille dernières années de l'histoire de la terre  - la majorité des données concernent les 10 derniers millénaires soit depuis la naissance de l'agriculture et l'utilisation du feu dans les pratiques agro-pastorales. La base contient actuellement 172 000 observations et mesures, offrant ainsi à la communauté scientifique matière à explorer les relations entre feu, activités humaines, climat et écosystèmes, sur différentes échelles d’espace et de temps.

Page 1 sur 12

twitterYoutubeFacebook
Annuaire
de la MSHE
Contact : - 03 81 66 51 51
© 2021 MSHE Ledoux. Tous droits réservés