Pôle 3 : L'utopie politique et la cité idéale dans l'Antiquité (UPCI)

Responsables : Antonio Gonzales et Maria-Térésa Schettino
Téléchargez la fiche de l'action.

L'utopie politique et la cité idéale dans l'Antiquité (UPCI)

Ce projet a pour objectif d'étudier comment, dans les sociétés antiques, la critique sociale et politique s'est constituée en projet utopique, à savoir un système complet, concernant l'organisation politique, mais aussi économique, sociale et spatiale, aspirant à l'harmonie sociale. Il s'agit de replacer les projets de cités idéales, envisagés ou censés avoir été concrétisés, dans leur contexte historique selon une approche méthodologique novatrice qui privilégie les témoignages littéraires et historiographiques ainsi que la documentation épigraphique, archéologique et iconographique.

Le programme a pour objectif d'étudier les relations entre les projets de cités idéales et leur transposition sur le plan politique. La recherche moderne sur la cité, structure sociale et politique qui traverse toute l'Antiquité, où prennent forme les institutions de la polis grecque et qui devient l'outil de l'administration romaine des territoires conquis, a produit une riche littérature scientifique. Par rapport à ces travaux, l'angle d'approche que nous adoptons propose un double renversement de perspective : de l'organisation concrète de la cité aux projets de cités idéales, mis en place ou envisagés ; des changements institutionnels et sociaux au sein de la cité à l'imaginaire de la collectivité qui les dessine. L'intérêt de l'approche réside dans la question suivante : les projets antiques de réforme politique et les fondations de cité, ou les projets de fondation, avaient-ils une dimension utopique ? Les sources permettent-elles de rendre compte d'une telle dimension ? Pouvons-nous appliquer cette catégorie au monde antique ?
L'originalité du projet repose sur l'approche choisie: historique et non philosophique. Il s'agit d'analyser les relations de la pensée utopique avec les contextes historiques dans lesquels elle a surgi, en particulier dans la période hellénistique et romaine qui a été moins étudiée de ce point de vue, d'où le nombre important de spécialistes de la République romaine réunis dans le groupe, et d'interroger une large documentation allant de la littérature à l'historiographie, et incluant les sources épigraphiques, archéologiques, iconographiques. Il s'agit aussi de réunir un corpus si possible exhaustif de témoignages sur cette thématique.
Si la bibliographie sur la pensée philosophique à partir de Platon est très riche, les travaux sur la dimension utopique de la vie politique et institutionnelle, des rapports sociaux et économiques et de l'organisation de l'espace dans la cité antique sont très peux nombreux. S. Mazzarino, M. Finley et E. Gabba ont été les premiers historiens à réfléchir sur le rapport, dans le monde antique, entre la réalité historique et les tendances utopiques. Néanmoins, la voie que ces savants ont ouverte est encore en partie inexplorée. Après quelques publications dans les dernières décennies du XXe siècle, l'intérêt pour cette thématique s'est réveillé, avec plusieurs travaux récents portant surtout sur le monde grec. Notre projet vise notamment à élargir la problématique relancée par l'ouvrage collectif de C. Carsana et M. T. Schettino publié en 2008, dont un des éditeurs scientifiques est également un des responsables du programme.

Le projet a une forte dimension interdisciplinaire, internationale et inter-institutionnelle.

Durée de l'action : 2013-2016

twitterYoutubeFacebook
Annuaire
de la MSHE
Contact : - 03 81 66 51 51
© 2017 MSHE Ledoux. Tous droits réservés