ODIT

Logo Europe petitFComteFEDER petit

Déménagement MSHE !

La MSHE Ledoux vous accueille dans ses nouveaux locaux (accès actuel par la cour de l'Arsenal, 2 place St-Jacques); l'interphone n'étant pas encore en place, contactez votre interlocuteur pour l'ouverture des portes.

Manifestations MSHE
Accueil Actualités Actualités de la MSHE Retour sur la journée d’étude « Regards croisés sur la Grande Guerre »

Retour sur la journée d’étude « Regards croisés sur la Grande Guerre »

actu20170327 jetude Grande GuerreLe 27 mars 2017 dans la salle de conférence de la MSHE Ledoux s'est tenue une journée d'étude ouverte au grand public consacrée à la première guerre mondiale. La journée a réuni de jeunes chercheurs et des chercheurs confirmés dans un dialogue interdisciplinaire autour de la Grande Guerre. La matinée a été consacrée à un atelier MSHE – école doctorale SEPT1, animé par Odile Roynette du laboratoire ELLIADD. David Erbs, jeune docteur en histoire moderne et contemporaine, et Cyrielle Montrichard, doctorante en sciences du langage ont présenté leurs travaux de recherche relatifs à la presse de cette période. David Erbs a montré comment les romans feuilletons diffusés dans la presse nationale cherchaient à susciter un sentiment patriotique chez leurs lecteurs. Cyrielle Montrichard a montré comment, dans la presse de tranchées, les poilus tendaient à détourner le discours patriotique pour le critiquer sans tomber sous le coup de la censure.

L'après-midi, Odile Roynette, historienne, et Gilles Siouffi, chercheur en sciences du langage, ont présenté leur ouvrage La langue sous le feu. Mots, textes, discours de la Grande Guerre2, qu'ils ont codirigé avec Agnès Steukardt. Cet ouvrage, tissant un dialogue interdisciplinaire fécond, interroge le laboratoire de mots, de textes et de discours qu'a constitué le conflit. Pour ce faire, les auteurs s'attachent à examiner les avant-postes idéolo­giques relatifs au conflit et les situations de contact créées pendant la guerre entre locuteurs parlant une langue différente. A partir d'études méthodiques de vastes ensembles de données, notamment explorées par la lexicométrie, sont ensuite examinées les pratiques de l'écrit en temps de guerre. Enfin, l'ouvrage interroge l'enregistrement des « mots » par les dictionnaires, qui ont été directement rapportés au conflit, en tant que néologismes.

Enfin, Yves Desfossés, archéologue au service régional de l'archéologie de Champagne-Ardenne, a présenté les apports de cette discipline à la connaissance du conflit. Née au cours des années 1990, l'archéologie de la Grande Guerre apporte des informations novatrices, qui viennent compléter les sources historiques. Les fouilles archéologiques menées sur les champs de batailles français et allemands permettent notamment de mettre au jour des vestiges de la vie quotidienne des soldats. Traces de cinéma, d'un mess des officiers etc. sont autant de témoignages des conditions de vie des soldats, un peu en retrait des tranchées.

1 Ecole doctorale Sociétés, espace, pratiques, temps
2 L'ouvrage vient de paraître aux éditions Presse universitaire de Rennes (PUR).